Le nom secret des lacs, une géographie de plein soleil [1/2]

Archives cadastrales, collecte ethnographique et expérimentations néo-toponymiques 

Vue sur le plateau, Belledonne et le Mont Blanc depuis le sommet du Taillefer – F. de Montety – septembre 2023

Prolongeant un printemps et un été riches d’une centaine de jours passés en montagne et de dizaines de rencontres extraordinaires, je rentre de quelques jours passés au soleil sur le plateau du Taillefer. J’y étais invité par le collectif grenoblois Vi.vid, qui a créé cette année le projet La Montagne Infinie, réunissant 8 artistes autour de l’envie d’expérimenter des formes créatives de recherche sur le futur des montagnes. A l’issue d’un appel à projet il y a quelques mois, Vi.vid nous a conviés en juin à la Bergerie de la Jasse, où nous avons fait connaissance en parcourant le plateau à pied et en vivant quelques jours à 8 dans les 12 mètres carrés de cette petite cabane pastorale. J’ai pu découvrir alors les travaux, talents et personnalités fascinantes et ô combien attachantes de Lucien Roux et Mathias Joulaud, Alice Charbonnel, Gianluca Patrizi, Salomé Dugraindelorge, Clément Froidevaux et Marco Fachetti, en même temps que m’imprégner lentement avec eux de l’atmosphère du Taillefer, que je n’avais jusqu’alors parcouru que lors de randonnées à la journée. 

Les participants de « La Montagne Infinie » sur la crête du Grand Galbert – F. de Montety – juin 2023

Je vois de ma fenêtre depuis mon arrivée à Grenoble il y a quelques années ce massif compact, qui prolonge vers le sud celui de Belledonne, auquel il appartient sur le plan géologique, mais dont il est nettement séparé dans les usages et les représentations par la profonde combe de la Romanche. Ce massif que je vois de la ville changer aux rythmes des saisons marque l’entrée dans l’Oisans et annonce les Écrins, mais se trouve par sa position et son altitude modérée souvent négligé. Si les sommets du grand et du petit Taillefer, de la Pyramide et du Culasson toisent de haut ceux du Vercors et de la Chartreuse et si le plateau lui-même se situe au-delà des 2000 mètres d’altitude, le Taillefer ne dispose pas du relief profondément découpé et de l’atmosphère de bout du monde qui fait le charme du Vénéon ou de la Vallouise. Comme le plateau d’Emparis, il présente pourtant un paysage tout à fait unique dans les Alpes, et des caractéristiques écologiques et historiques fascinantes, du travail glaciaire qui a modelé ce plateau et ses innombrables lacs et zones humides, jusqu’à son passé minier, sans oublier la grande diversité d’espèces végétales et animales qui s’y épanouit.

Une « oulle » et ses habitants – F. de Montety – août 2023

La richesse d’un trou d’eau ne se compte pas en m2 – F. de Montety – juin 2023

Zones humides, zones pastorales – F. de Montety – juin 2023

J’ai séjourné avec mes nouveaux amis quatre jours à la Bergerie de la Jasse en juin, puis suis revenu y marcher seul à la journée cet été, avant de passer quelques jours au refuge du Taillefer la semaine dernière grâce à sa gardienne Clémence, qui a chaleureusement accueilli notre petite bande ainsi que l’artiste Isadora Soares-Belletti qui nous a rejoint pour cette deuxième partie de résidence. Peu à peu, j’ai inévitablement été marqué par plusieurs enjeux cartographiques et toponymiques du Taillefer et ai choisi de m’y confronter avec mes outils de recherche habituels, tout en me donnant le droit de résonner avec cet endroit de façon plus créative et moins rigoureuse que d’habitude. Je ne me suis pas privé de monter un corpus de cartes du XVIIIème siècle à nos jours, de consulter quelques dictionnaires toponymiques et récolter des anecdotes historiques en bibliothèque et sur Gallica, mais j’ai aussi essayé de faire confiance à mes pieds et mes sens pour trouver ce qui devait ici me toucher.

Le panneau, comme la carte, institue le toponyme – F. de Montety – août 2023

Du refuge du Taillefer, un panthéon des sommets dauphinois – F. de Montety – août 2023

En marchant là, on sent sous ses pieds changer le paysage, entre rochers et tourbières, et l’importance des zones humides prend une épaisseur remarquable en prenant le temps de rester une petite heure au bord d’une simple mare. Sphaigne ou droséra, triton ou grenouille rousse bien sûr, mais encore des dizaines d’autres espèces plus ou moins communes constituent dans ce milieu particulièrement acide issu du retrait glaciaire la population d’écosystèmes remarquables qui invitent à se faire discret. On se trouve ici dans une zone Natura 2000 gérée par la Communauté de communes de l’Oisans, et dans la zone d’adhésion du Parc National des Écrins. Le niveau de protection et les restrictions pour les visiteurs ne sont donc pas très contraignants, mais il faut faire attention à respecter quelques règles, et se restreindre avec bon sens lorsque l’enthousiasme nous mène vers des endroits où notre présence pourrait être néfaste à leurs résidents permanents.

De mes longues déambulations et mes très lacunaires recherches cartographiques et historiques, j’ai retenu que parmi les très nombreux petits et grands plans d’eau (il y en aurait en fait plus de 1000) du plateau, seuls une dizaine auraient un nom connu et consigné sur les cartes. On y repère vite le lac Fourchu, le lac Canard et quelques autres (dont le nom et l’emplacement ne font pas toujours consensus, j’y reviendrai), mais quid des centaines d’autres lacs, mares, gouilles, tourbières et trous d’eau que l’on ne peut désigner qu’approximativement, ou par des coordonnées géographiques désincarnées ?

J’ai proposé de réaliser une collecte de noms pour tous ces lacs et plans d’eau divers, en recueillant dans un premier temps un maximum de noms anciens lorsque cela était possible.

J’ai choisi cependant de faire un pas de côté par rapport à l’orthodoxie ethnographique de mes recherches toponymiques habituelles et de collecter également des noms nouveaux, en assumant d’encourager leur création par des habitants des villages voisins ou même des randonneurs de passage. Cette incursion dans une pratique volontariste de la néo-toponymie part de l’hypothèse selon laquelle les noms peuvent d’une part servir de marqueur mémoriel d’un usage local, mais aussi être le réceptacle de récits et émotions associés à un lieu donné. En ce sens, les noms anciens traduiraient le souvenir de la fréquentation du plateau du Taillefer par les habitants d’Ornon, Oulles et Livet-et-Gavet, les trois communes qui s’en partagent le territoire, tandis que les noms nouveaux, quoique créés et enregistrés de façon coordonnée, pourraient aussi à l’avenir servir à fixer et transmettre un ensemble de rapports affectifs à cet espace qui seraient également légitimes.

Encore fallait-il d’abord être en mesure de réunir autant que possible deux des conditions conventionnelles qui assurent la solidité d’un toponyme ancien : l’attestation locale et l’antériorité. L’assurance de l’antériorité ne pouvait être obtenue que par consultation de documents ou de témoignages relatifs aux noms les plus anciens des lacs du plateau. A l’échelle requise, il semble que les plans cadastraux réalisés pour les trois communes entre 1829 et 1833 sont les documents les plus robustes, et on pouvait leur adjoindre les cartes géographiques aux échelles les plus fines possibles. J’exposerai plus bas certaines des conclusions que l’on peut tirer de leur examen.

Extrait du plan cadastral d’Oulles (Archives Dept. De l’Isère, cote 4P4/289) – F. de Montety

L’idée d’attestation locale est une notion trompeuse : les documents historiques comme par exemple comme les plans cadastraux ne sont pas forcément des documents locaux, même s’ils témoignent en général d’un travail de médiation entre les savoirs locaux, et les modes éxogènes d’organisation et d’utilisation de ces savoirs. Effectuer des entretiens avec les habitants actuels du territoire d’enquête permet en revanche de s’assurer un contact direct avec les savoirs locaux actuels, mais se pose alors le problème de l’influence des informations officielles non-locales sur les savoirs locaux. Par exemple, une erreur ancienne sur la carte de l’IGN qui aurait été majoritairement reprise et assimilée comme savoir local par les habitants, alors qu’elle entrerait en contradiction avec des savoirs locaux antérieurs. Si cette information est partagée par une majorité de personnes pendant une période suffisamment longue pour n’être plus l’objet de contradiction, son caractère historiquement erroné n’est plus pertinent et l’existence effective de son usage prévaut sur la légitimité d’un usage historiquement plus correct. Si cette assimilation d’une ‘erreur’ est en revanche sporadique et reste polémique, alors le toponyme ne revêt une solidité que relative et son usage peut être rejeté.

En somme, on ne peut faire aveuglément confiance ni aux informations recueillies il y a deux siècles par les arpenteurs, ni à celles transmises par des informateurs contemporains, mais les confronter permet généralement d’évaluer la solidité des noms collectés, leurs éventuelles transformations, l’extension et les limites de leur usage, voir la variation des lieux qu’ils avaient pu successivement désigner.

Lorsqu’aucun nom ne peut être trouvé, trois possibilités peuvent être envisagées :

  • Le nom de lieu ancien a été oublié (mais il est possible qu’il soit retrouvé un jour)
  • Le lieu n’a jamais été désigné par un nom propre, mais uniquement par des descriptions ou directions approximatives ne correspondant pas à la notion de nom propre de lieu.
  • Le lieu n’a pris son apparence actuelle que récemment ; par exemple un lac actuel peut alors exister à un endroit où il n’existait pas de lac (du fait d’un ouvrage d’art ou en raison d’un apport d’eau supérieur, par exemple par fonte d’un glacier), ou alors cinq petits lacs actuels peuvent se situer à un endroit où il exister jadis un seul grand lac (en raison d’un manque d’eau, ou de l’érosion des matériaux constituant antérieurement une retenue).

Dans ces trois cas, on peut imaginer que de nouveaux noms soient proposés, mais il est difficile de définir avec justesse les critères permettant d’attribuer à des toponymes la légitimer suffisante pour en diffuser et solidifier l’usage. Certaines pistes de réflexion sur les bonnes pratiques à mettre en place pourraient néanmoins généralement guider un tel projet expérimental :

  • S’assurer de la transparence et de la diffusion locale d’informations claires et précises sur le processus engagé
  • S’appuyer sur les représentants élus, les associations et les personnes impliquées dans la vie commune et le partage de savoirs locaux
  • Faciliter l’usage de mots issus de la ou des langues patrimoniales locales
  • Faciliter le recours à des mots se référant à des paysages et des pratiques locales
  • Faciliter l’usage mémoriel de noms de personnalités locales

Ces pistes et remarques ne sont que des éléments épars et situés dans le contexte de ce projet. D’autres contextes et configurations inviteraient bien sûr à préciser d’autres éléments et réfléchir à la mise en œuvre d’une telle expérience néotoponymique avec un degré de finesse adapté aux circonstances politiques, dialectales et sociolinguistiques.

Je développerai dans un second article les résultats des recherches effectuées au sujet des lacs et zones humides du Taillefer, puis ceux de la collecte créative de nouveaux toponymes pour en désigner les plans d’eau réputés anonymes.

Photographie des lacs prise depuis les pentes sud-est du Rocher Culasson- F. de Montety – août 2023

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search