[Évènement] Une rencontre sur les noms de lieux en montagne – Le mercredi 22 novembre au Sépey (Canton de Vaud, Suisse)

J’aurai le plaisir de participer ce mercredi à une table ronde aux côtés de Virginie Duquette, conservatrice du Musée des Ormonts qui propose pour quelques semaines encore une exposition sur les noms de lieux, ainsi que de Michiel de Vaan et Frédéric Giraut, un linguiste et un géographe dont j’admire depuis longtemps les travaux, notamment pour le premier l’Atlas Toponymique du Canton de Vaud, et pour le second son dernier livre coécrit avec Myriam Houssay-Holzschuch : The Politics of Place-Naming.

Ce sera également un moment d’échange avec certains collègues du CIRM que je n’ai pas eu l’occasion de côtoyer au cours de l’année passée, ayant pris l’habitude peut-être regrettable de me précipiter à Évolène dès que je me rends en Valais, sans profiter de Sion, Bramois et de tous les lieux et rencontres que j’aurais pu trouver dans le reste du canton. Cette table-ronde permettra surtout d’échanger avec les habitants des environs et tous les curieux à qui l’exposition aura fait aimer les noms de lieux. Je ne sais pas bien ce que je serai amené à dire, si tant est que la présence de deux grands spécialistes bien plus chevronnés que moi ne me convainque pas de préférer l’écoute, mais j’imagine que je parlerai bien un peu de cartes, de francoprovençal et d’archives, avec en exemples concrets l’extraordinaire fonds des noms locaux des archives cantonales du Valais, le cadastre d’Évolène, et peut-être dans un coin de la tête les Écrins, l’Asie centrale ou l’Himalaya…

Voici la présentation officielle :

TOPONYMIE EN TRANSITION – Explorer les raisons et les conséquences des changements de noms de lieux

📆 Mercredi 22 novembre 2023 🕣 19h30 📍 Le Sépey, salle du conseil municipal Table ronde animée par Virginie Duquette, conservatrice du Musée des Ormonts en présence de : Michiel de Vaan, linguiste à l’Université de Bale; Frédéric Giraut, géographe à l’Université de Genève; Felix de Montety, géographe à l’Université Grenoble Alpes;

Entrée libre Cette table ronde est organisée dans le cadre du cycle d’événements « Les Ormonts à l’épreuve du temps », mis sur pied par le Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne de l’Université de Lausanne, Le Cotterg et le Musée des Ormonts à l’occasion des 20 ans du Cotterg.

Le nom secret des lacs, une géographie de plein soleil [1/2]

Archives cadastrales, collecte ethnographique et expérimentations néo-toponymiques 

Vue sur le plateau, Belledonne et le Mont Blanc depuis le sommet du Taillefer – F. de Montety – septembre 2023

Prolongeant un printemps et un été riches d’une centaine de jours passés en montagne et de dizaines de rencontres extraordinaires, je rentre de quelques jours passés au soleil sur le plateau du Taillefer. J’y étais invité par le collectif grenoblois Vi.vid, qui a créé cette année le projet La Montagne Infinie, réunissant 8 artistes autour de l’envie d’expérimenter des formes créatives de recherche sur le futur des montagnes. A l’issue d’un appel à projet il y a quelques mois, Vi.vid nous a conviés en juin à la Bergerie de la Jasse, où nous avons fait connaissance en parcourant le plateau à pied et en vivant quelques jours à 8 dans les 12 mètres carrés de cette petite cabane pastorale. J’ai pu découvrir alors les travaux, talents et personnalités fascinantes et ô combien attachantes de Lucien Roux et Mathias Joulaud, Alice Charbonnel, Gianluca Patrizi, Salomé Dugraindelorge, Clément Froidevaux et Marco Fachetti, en même temps que m’imprégner lentement avec eux de l’atmosphère du Taillefer, que je n’avais jusqu’alors parcouru que lors de randonnées à la journée. 

Les participants de « La Montagne Infinie » sur la crête du Grand Galbert – F. de Montety – juin 2023

Je vois de ma fenêtre depuis mon arrivée à Grenoble il y a quelques années ce massif compact, qui prolonge vers le sud celui de Belledonne, auquel il appartient sur le plan géologique, mais dont il est nettement séparé dans les usages et les représentations par la profonde combe de la Romanche. Ce massif que je vois de la ville changer aux rythmes des saisons marque l’entrée dans l’Oisans et annonce les Écrins, mais se trouve par sa position et son altitude modérée souvent négligé. Si les sommets du grand et du petit Taillefer, de la Pyramide et du Culasson toisent de haut ceux du Vercors et de la Chartreuse et si le plateau lui-même se situe au-delà des 2000 mètres d’altitude, le Taillefer ne dispose pas du relief profondément découpé et de l’atmosphère de bout du monde qui fait le charme du Vénéon ou de la Vallouise. Comme le plateau d’Emparis, il présente pourtant un paysage tout à fait unique dans les Alpes, et des caractéristiques écologiques et historiques fascinantes, du travail glaciaire qui a modelé ce plateau et ses innombrables lacs et zones humides, jusqu’à son passé minier, sans oublier la grande diversité d’espèces végétales et animales qui s’y épanouit.

Une « oulle » et ses habitants – F. de Montety – août 2023

La richesse d’un trou d’eau ne se compte pas en m2 – F. de Montety – juin 2023

Zones humides, zones pastorales – F. de Montety – juin 2023

J’ai séjourné avec mes nouveaux amis quatre jours à la Bergerie de la Jasse en juin, puis suis revenu y marcher seul à la journée cet été, avant de passer quelques jours au refuge du Taillefer la semaine dernière grâce à sa gardienne Clémence, qui a chaleureusement accueilli notre petite bande ainsi que l’artiste Isadora Soares-Belletti qui nous a rejoint pour cette deuxième partie de résidence. Peu à peu, j’ai inévitablement été marqué par plusieurs enjeux cartographiques et toponymiques du Taillefer et ai choisi de m’y confronter avec mes outils de recherche habituels, tout en me donnant le droit de résonner avec cet endroit de façon plus créative et moins rigoureuse que d’habitude. Je ne me suis pas privé de monter un corpus de cartes du XVIIIème siècle à nos jours, de consulter quelques dictionnaires toponymiques et récolter des anecdotes historiques en bibliothèque et sur Gallica, mais j’ai aussi essayé de faire confiance à mes pieds et mes sens pour trouver ce qui devait ici me toucher.

Le panneau, comme la carte, institue le toponyme – F. de Montety – août 2023

Du refuge du Taillefer, un panthéon des sommets dauphinois – F. de Montety – août 2023

En marchant là, on sent sous ses pieds changer le paysage, entre rochers et tourbières, et l’importance des zones humides prend une épaisseur remarquable en prenant le temps de rester une petite heure au bord d’une simple mare. Sphaigne ou droséra, triton ou grenouille rousse bien sûr, mais encore des dizaines d’autres espèces plus ou moins communes constituent dans ce milieu particulièrement acide issu du retrait glaciaire la population d’écosystèmes remarquables qui invitent à se faire discret. On se trouve ici dans une zone Natura 2000 gérée par la Communauté de communes de l’Oisans, et dans la zone d’adhésion du Parc National des Écrins. Le niveau de protection et les restrictions pour les visiteurs ne sont donc pas très contraignants, mais il faut faire attention à respecter quelques règles, et se restreindre avec bon sens lorsque l’enthousiasme nous mène vers des endroits où notre présence pourrait être néfaste à leurs résidents permanents.

De mes longues déambulations et mes très lacunaires recherches cartographiques et historiques, j’ai retenu que parmi les très nombreux petits et grands plans d’eau (il y en aurait en fait plus de 1000) du plateau, seuls une dizaine auraient un nom connu et consigné sur les cartes. On y repère vite le lac Fourchu, le lac Canard et quelques autres (dont le nom et l’emplacement ne font pas toujours consensus, j’y reviendrai), mais quid des centaines d’autres lacs, mares, gouilles, tourbières et trous d’eau que l’on ne peut désigner qu’approximativement, ou par des coordonnées géographiques désincarnées ?

J’ai proposé de réaliser une collecte de noms pour tous ces lacs et plans d’eau divers, en recueillant dans un premier temps un maximum de noms anciens lorsque cela était possible.

J’ai choisi cependant de faire un pas de côté par rapport à l’orthodoxie ethnographique de mes recherches toponymiques habituelles et de collecter également des noms nouveaux, en assumant d’encourager leur création par des habitants des villages voisins ou même des randonneurs de passage. Cette incursion dans une pratique volontariste de la néo-toponymie part de l’hypothèse selon laquelle les noms peuvent d’une part servir de marqueur mémoriel d’un usage local, mais aussi être le réceptacle de récits et émotions associés à un lieu donné. En ce sens, les noms anciens traduiraient le souvenir de la fréquentation du plateau du Taillefer par les habitants d’Ornon, Oulles et Livet-et-Gavet, les trois communes qui s’en partagent le territoire, tandis que les noms nouveaux, quoique créés et enregistrés de façon coordonnée, pourraient aussi à l’avenir servir à fixer et transmettre un ensemble de rapports affectifs à cet espace qui seraient également légitimes.

Encore fallait-il d’abord être en mesure de réunir autant que possible deux des conditions conventionnelles qui assurent la solidité d’un toponyme ancien : l’attestation locale et l’antériorité. L’assurance de l’antériorité ne pouvait être obtenue que par consultation de documents ou de témoignages relatifs aux noms les plus anciens des lacs du plateau. A l’échelle requise, il semble que les plans cadastraux réalisés pour les trois communes entre 1829 et 1833 sont les documents les plus robustes, et on pouvait leur adjoindre les cartes géographiques aux échelles les plus fines possibles. J’exposerai plus bas certaines des conclusions que l’on peut tirer de leur examen.

Extrait du plan cadastral d’Oulles (Archives Dept. De l’Isère, cote 4P4/289) – F. de Montety

L’idée d’attestation locale est une notion trompeuse : les documents historiques comme par exemple comme les plans cadastraux ne sont pas forcément des documents locaux, même s’ils témoignent en général d’un travail de médiation entre les savoirs locaux, et les modes éxogènes d’organisation et d’utilisation de ces savoirs. Effectuer des entretiens avec les habitants actuels du territoire d’enquête permet en revanche de s’assurer un contact direct avec les savoirs locaux actuels, mais se pose alors le problème de l’influence des informations officielles non-locales sur les savoirs locaux. Par exemple, une erreur ancienne sur la carte de l’IGN qui aurait été majoritairement reprise et assimilée comme savoir local par les habitants, alors qu’elle entrerait en contradiction avec des savoirs locaux antérieurs. Si cette information est partagée par une majorité de personnes pendant une période suffisamment longue pour n’être plus l’objet de contradiction, son caractère historiquement erroné n’est plus pertinent et l’existence effective de son usage prévaut sur la légitimité d’un usage historiquement plus correct. Si cette assimilation d’une ‘erreur’ est en revanche sporadique et reste polémique, alors le toponyme ne revêt une solidité que relative et son usage peut être rejeté.

En somme, on ne peut faire aveuglément confiance ni aux informations recueillies il y a deux siècles par les arpenteurs, ni à celles transmises par des informateurs contemporains, mais les confronter permet généralement d’évaluer la solidité des noms collectés, leurs éventuelles transformations, l’extension et les limites de leur usage, voir la variation des lieux qu’ils avaient pu successivement désigner.

Lorsqu’aucun nom ne peut être trouvé, trois possibilités peuvent être envisagées :

  • Le nom de lieu ancien a été oublié (mais il est possible qu’il soit retrouvé un jour)
  • Le lieu n’a jamais été désigné par un nom propre, mais uniquement par des descriptions ou directions approximatives ne correspondant pas à la notion de nom propre de lieu.
  • Le lieu n’a pris son apparence actuelle que récemment ; par exemple un lac actuel peut alors exister à un endroit où il n’existait pas de lac (du fait d’un ouvrage d’art ou en raison d’un apport d’eau supérieur, par exemple par fonte d’un glacier), ou alors cinq petits lacs actuels peuvent se situer à un endroit où il exister jadis un seul grand lac (en raison d’un manque d’eau, ou de l’érosion des matériaux constituant antérieurement une retenue).

Dans ces trois cas, on peut imaginer que de nouveaux noms soient proposés, mais il est difficile de définir avec justesse les critères permettant d’attribuer à des toponymes la légitimer suffisante pour en diffuser et solidifier l’usage. Certaines pistes de réflexion sur les bonnes pratiques à mettre en place pourraient néanmoins généralement guider un tel projet expérimental :

  • S’assurer de la transparence et de la diffusion locale d’informations claires et précises sur le processus engagé
  • S’appuyer sur les représentants élus, les associations et les personnes impliquées dans la vie commune et le partage de savoirs locaux
  • Faciliter l’usage de mots issus de la ou des langues patrimoniales locales
  • Faciliter le recours à des mots se référant à des paysages et des pratiques locales
  • Faciliter l’usage mémoriel de noms de personnalités locales

Ces pistes et remarques ne sont que des éléments épars et situés dans le contexte de ce projet. D’autres contextes et configurations inviteraient bien sûr à préciser d’autres éléments et réfléchir à la mise en œuvre d’une telle expérience néotoponymique avec un degré de finesse adapté aux circonstances politiques, dialectales et sociolinguistiques.

Je développerai dans un second article les résultats des recherches effectuées au sujet des lacs et zones humides du Taillefer, puis ceux de la collecte créative de nouveaux toponymes pour en désigner les plans d’eau réputés anonymes.

Photographie des lacs prise depuis les pentes sud-est du Rocher Culasson- F. de Montety – août 2023

De la reconnaissance de caractères au panoptisme historique en toponymie et cartographie ? Questions et premiers enseignements d’une évolution qui vient

(Source : Capture d’écran David Rumsey/Twitter)

Quiconque s’est intéressé ces dernières années au développement des bases de données et plateformes de consultation en ligne de cartes anciennes n’a pu manquer de constater la rapidité de leurs progrès, tant du côté des plateformes institutionnelles à l’image de Gallica et Europeana ou de la Library of Congress que du côté des sites de collectionneurs et agrégateurs associatifs et privés, et des portails de recherche universitaire, tels que CartOrient, développé au sein du CERMI sous la houlette de Julien Thorez, avec Constance Lecomte et Emmanuel Giraudet, en s’appuyant sur la participation d’universitaires spécialistes de l’Asie centrale et de l’Iran. Le volume des matériaux cartographiques anciens numérisés et mis en ligne est aujourd’hui extrêmement important, et invite à s’interroger sur ce qu’impliquent non seulement leur fastidieux catalogage et leur couteux hébergement, mais également sur le rôle que peuvent jouer les outils numériques de collecte et de traitement d’information géographique dans le développement de leur utilisation par la communauté scientifiques et le grand public.

FIGURE 1 : CartOrient, portail scientifique et cartothèque de l’Eurasie contemporaine

De la loupe numérique à l’expérience cartographique augmentée

Dans le cadre de collaborations avec la Bibliothèque nationale de France (Département des Cartes et Plans et archives de la Société de Géographie) en 2016-2017 puis avec Wiley et la RGS-IBG cette année, j’ai appris à un peu mieux comprendre le fonctionnement des architectures vastes et complexes que constituent ces plateformes, et nuancer la frustration qui était la mienne face au relatif manque de souplesse et parfois de rapidité de ces grosses machines. Aujourd’hui, Gallica et la Wiley Digital Archive sont des outils extrêmement efficaces, qui permettent de télécharger instantanément des montagnes de documents (que l’on oubliera souvent dans un dossier perdu au fin fond d’un disque dur), mais aussi de travailler en détail sur une carte en particulier en naviguant en ligne sur des images de haute qualité. C’est ce que j’ai fait dans le cadre de mon travail sur une carte manuscrite de l’Asie centrale réalisée par Julius Klaproth au début du XIXème siècle et conservée au département des Cartes et Plans de la BnF, que je n’ai pu consulter qu’une fois “en présentiel” avant de la présenter lors du colloque « La construction des savoirs sur la Chine : du terrain aux bibliothèques (XVIe-XIXe siècles) » organisé par Eliette Soulier et Axel Le Roy en octobre 2022 puis dans le cadre d’une séance de la Tibetan and Himalayan Lecture Series organisé par Diana Lange à l’Université Humboldt de Berlin le mois dernier.

FIGURE 2 : l’Asie centrale de Julius Klaproth, de la Bibliothèque

FIGURE 3 : …à l’écran

Cette deuxième approche est également favorisée par des outils comme la David Rumsey Map Collection qui, partiellement affranchie des contraintes organisationnelles, financières et politiques des grandes bibliothèques et organismes de recherche, peut se permettre des expérimentations et innovations très intéressantes. Parmi ces innovations, celles qui visent à augmenter et diversifier l’expérience d’utilisation en ligne (par exemple par la visualisation 3D de globes) et faciliter la navigation et la recherche analytiques sur les documents cartographiques sont à mon sens celles dotées du plus grand potentiel.

Il ne s’agit pas de faire de ces plateformes des SIG de cartographie historique intégrés, ni de remplacer les bibliothèques et archives, mais plutôt de faire de la consultation numérique un moment d’analyse préliminaire ou complémentaire à l’inégalable expérience de consultation de la carte papier en salle de lecture. En ce sens, l’enrichissement des interfaces ne me semble pas participer d’une hypothétique « gadgétisation » des fonds cartographiques, mais répond à un besoin réel et ouvre des possibilités dont la pertinence ne pourra être évaluée que par l’évolution des usages et l’identification des fonctionnalités qui s’imposeront au cœur de la culture de recherche hybride qui est déjà la nôtre.

Lorsque je travaille sur les publications de Julius Klaproth, Alexander von Humboldt ou Armin Vambery, sur la cartographie des Alpes, ou sur les atlas linguistiques, dont certains ont fait l’objet d’un travail de numérisation et géoréférencement remarquable -par exemple dans Cartodialect, le portail dialectologique réalisé dans le cadre de l’ANR ECLATS-, les données spatialisées qui m’intéressent en premier lieu sont souvent les noms (surtout les noms propres de lieu, mais parfois les noms communs également).

FIGURE 4 : Cartodialect, une réactivation scientifique du patrimoine dialectologique ?

Cela s’explique naturellement par le fait que je m’intéresse particulièrement à l’évolution historique des toponymes dans le cadre de mes recherches, mais vient aussi du fait que presque tout le monde se repère sur une carte avant tout à l’aide des éléments textuels, plutôt que par le seul dessin des frontières, des cours d’eau, des routes et des courbes de niveau. Notre œil appréhende typiquement l’allure globale de la carte, puis y cherche des noms familiers en s’appuyant sur les hiérarchies d’importance que nous indiquent leur typographie.

Géoréférencement, reconnaissance de texte et culture historique

Le développement d’outils numériques capables de reconnaître et situer les noms de lieux me semble une caractéristique fondamentale de la cartographie contemporaine, qui a non seulement relégué au passé la tradition deux fois millénaire des index et gazetteers, mais qui modifie à mon avis assez profondément la façon dont nous regardons et utilisons les cartes anciennes. Cette fonctionnalité est au cœur des outils de navigation numériques depuis longtemps maintenant, et l’on utilise désormais Google maps, Géoportail ou même Strava autant par recherche toponymique que par déplacement en approximations successives, c’est-à-dire comme on le fait lorsque notre regard fouille une carte topographique papier à la recherche d’un village ou d’un ruisseau, d’un GR ou d’un refuge.

La navigation sur une carte numérique par recherche toponymique a ouvert la voie depuis quelques années à une exploration similaire sur les cartes anciennes, qui prend aujourd’hui plusieurs formes, mais dont on peut supposer qu’elle n’en est en fait qu’à ses débuts.

  • Celle-ci peut prendre une forme très primitive, lorsque les métadonnées du document incluent une liste de noms de lieux existant sur la carte (par exemple France, Isère, Dauphiné, Chartreuse, Vercors, Belledonne, Grenoble, Chamrousse).
  • Elle peut aussi passer par un système de géoréférencement, qui implique que la carte ancienne soir superposée à une autre carte dont les noms sont précisément spatialisés. C’est ce que nous faisons lorsque nous nous promenons sur les cartes de la collection David Rumsey accessibles sur Google Earth, ou bien sur Géoportail de l’IGN, où nous pouvons nous déplacer sur la carte dite « de Cassini » en choisissant cette carte parmi les couches disponibles et aller d’un point à l’autre en recherchant leur nom dans la barre de recherche. Ce sont alors les noms officiels contemporains que nous utilisons alors, et non les noms tels qu’ils étaient situés et orthographiés sur les cartes anciennes. Géoportail ne sait pas exactement ce qu’il y a écrit sur la carte de Cassini, et ne nous permet en fait que de nous déplacer sur un ensemble de feuilles qu’il a positionnées pour nous par-dessus le fonds de carte numérique géoréférencée de l’IGN, dont la couche de base est la carte topographique au 1:25000 actuelle. C’est pour cela que Géoportail peut nous emmener au Futuroscope (ouvert en 1987) sur la carte de Cassini publiée au XVIIIème siècle).

FIGURE 5 : le Futuroscope, vu par les Cassini, l’IGN et Géoportail

FIGURE 6 : l’Europe pré-révolutionnaire à l’heure des globes numériques, vue par la collection David Rumsey et Google Earth

  • Les évolutions techniques les plus récentes permettent enfin aujourd’hui d’envisager la démocratisation d’une navigation sur les cartes géographiques anciennes s’appuyant sur la reconnaissance automatique de texte, ou plus précisément par la « reconnaissance optique de caractères », généralement connue sous l’acronyme anglais OCR. Dans ce sens-là, les toponymes présents sur les cartes sont effectivement « lus » par la machine mise à contribution. Une fois lus, ils peuvent être situés et référencés géographiquement et linguistiquement, c’est-à-dire qu’on leur assigne une situation dans l’espace physique représenté géométriquement et une identité exprimée par un nom, et éventuellement par d’autres versions de ce nom (traductions dans d’autres langues, variantes orthographiques attestées, orthographes erronées potentielles). Pour mieux comprendre cette approche, lire l’excellente description proposée sous ce lien. Il faut noter que la machine peut enfin apprendre de son propre travail et progresser pour effectuer cette tâche d’une façon de plus en plus efficiente, et pourrait même en combinant OCR, IA et géoréférencement avancé apprendre à deviner des toponymes mystérieux en s’appuyant notamment sur des données textuelles présentes en ligne.

Machine reading, intelligence artificielle, et demain ?

Les premiers résultats du projet de recherche de l’Alan Turing Institute intitulé Machines Reading Maps commencent à dévoiler tout le potentiel de cette méthode, dont on devine bien sur les potentiels gains de temps qu’elle permettra et la massification des données qu’elle poussera peut-être les projets de recherche en histoire de la cartographie, géographie historique et archéologie à traiter. Elle permettra sans doute également à terme de scanner des volumes importants de cartes publiées dans des langues nous ne maîtrisons pas à la recherche de toponymes rares que nous pourrons même avoir inscrits dans notre langue maternelle ou dans une graphie moderne. La recherche en sciences humaines, de la géographie à l’archéologie, y gagnera sans doute, pour peu que cette culture des humanités numériques s’accompagne d’un prise de recul nourrie par les questionnements propres à la géographie et l’histoire, l’anthropologie et la linguistique, pour ne pas que la maîtrise de l’outil ne relègue au second plan les questions fondamentales qui en justifient l’usage.

Les travaux de Valeria Vitale et Katherine McDonough, entre autres, montrent déjà qu’une réflexion fine sur ces enjeux est en cours, structure les collaborations interdisciplinaires existantes et contribue à orienter l’évolution future de ces outils. Le récent article de Valeria Vitale, intitulé « Searching maps by words: how machine learning changes the way we explore map collections », propose plusieurs pistes particulièrement intéressantes pour se repérer dans cette évolution en cours, que j’observerai avec attention dans les mois et années à venir.

Cette semaine, David Rumsey a publié sur Twitter une brève vidéo esquissant les résultats que l’application de ces techniques à son immense collection numérique pourrait produire :

A relativement court-terme, c’est une nouvelle façon d’explorer les cartes qui sera accessible à chacun, en générant des collections d’occurrences toponymiques comme “Mississipi”, “Himalaya” ou “Paris”, mais aussi de géonymes génériques tels que “Mountain”, “ruin” ou “frontière”. Nous saurons bientôt si ce mode de navigation constituera simplement une évolution appréciable de nos pratiques de recherche ordinaires, ou si nous sommes à l’aube d’une véritable petite révolution pour les chercheuses et chercheurs tout comme les amateurs et amatrices de cartes anciennes.

The names and meanings of Everest – an old project, a new fellowship, and a fascinating database

May 29th has recently been celebrated as “Everest day”, celebrating the ascent of the World’s highest mountain by Edmund Hillary and Tenzing Norgay on this day in 1953. Everest has long been a symbol of many things, including the Himalayas and Nepal, endurance and courage, mountaineering itself, but also imperialism and the excesses of mountain tourism. The peak’s most common name testifies of the enduring legacy of colonial exploration, surveying, and administration since it was surveyed in the mid-19th century, as well as of more contemporary dynamics of reappropriation and empowerment. As my work on place-naming processes in the Alps, Turkey and Central Asia led me to question the use of ‘exonyms’ and specifically of personal names to name peaks and passes across the globe, I grew more and more interested in the quintessentially imperial toponym that is Everest and took the opportunity of collaborating with colleagues who had already started a research project on Everest, its cultural legacies and future perspectives.

Other Everests is a wonderful project led by Jonathan Westaway and I feel privileged and honoured to be able to take part to this alongside scholars whose work I have been reading and admiring for a while now, notably Peter Hansen whose The Summits of Modern Man. Mountaineering after the Enlightenment is one of my favourite books on the history of mountaineering.

My paper in the Other Everests book will be a synthesis on debates that have been surrounding the place-name Everest since the 19th century and its use by official institutions geographers and cartographers, mountaineers and other stakeholders, from Nepal and the Khumbu region to the global mountaineering industry.

It will mostly be based on archival documents, notably from the Royal Geographical Society archive, which I am now able to access digitally thanks to a six-month RGS-IBG-Wiley fellowship that was granted to me a couple months ago. I am very pleased with the material and grateful despite my unsatisfaction at the commodification of such archival documents. Sadly, I will only be able to browse through the RGS’s immense breadth of material on Everest and the Trigonometrical Survey of India until August 31st, as my university is not willing to pay the thousands of €€€€ the company is charging research and teaching institutions to let them access the database. While that is problematic, I try to make the most of the deal, and will do my best to submit an interesting manuscript to the publishers later this summer  

Here are my chapter title and abstract:

‘Past and Future Names of Mount Everest: Mountain Cartography and the Languages of Exonymy.’

This contribution based on fieldwork in the archives of geographical and mountaineering societies in London, Berlin, Paris and Grenoble looks at some of the scientific and diplomatic debates raised by the existence of Mount Everest as a place name, and examines key arguments put forward to defend or criticize its use from its suggestion by the surveyor general of India Andrew Waugh at the Royal Geographical Society in 1858 to current discussions on the enduring presence of mountain exonyms in post-colonial societies.

Throughout the 19th and 20th centuries, the initial controversy between Waugh and Brian Hodgson, a naturalist and keen linguist who was then British resident at Kathmandu, was echoed by extensive commentaries on the use of non-local names in mountain toponymy and cartography. Those debates notably show that before the name of the peak became a symbol of European onomastic imperialism, it is first and foremost the commemorative use of a personal name that was considered a case of failed geographical nomenclature that would certainly soon be replaced by a better name.

Then why has this name not been supplanted by a more fitting toponym yet? Will it ever be? I propose to use critical geography and pragmatics to formulate three hypotheses on the future of ‘Mount Everest’ based on two other case studies in the French Alps and Tajikistan as well as new theoretical perspectives on naming and name change.

Excerpts from a few of the articles that were published on the topic over the years:

[Évènement] : “Évolution de l’occupation humaine de la montagne”, un apéro scientifique à Saint-Christophe-en-Oisans

Le 24 mai 2023 à La Cordée (à La Ville), à 18h

Le Plan du Lac hier et aujourd’hui (photographie contemporaine par F. de Montety en mai 2023, photographie ancienne dont l’auteur présumé serait le médecin photographe Henri Bussillet (1882-1968), célèbre pour son travail dans l’Oisans au début du XXème siècle)

Je participerai mercredi 24 mai 2023 à un “apéro-science” organisé par le Parc national des Écrins dans le cadre du festival “Écrins, terre de science” destiné à célébrer de façon conviviale et curieuse ses 50 ans. Les participantes auxquelles on m’a invité à me joindre sont Coralie Mounet et Séverine Durand, également du laboratoire Pacte, dont vous pouvez consulter ici le travail passionnant sur les “Connaissances et expériences ordinaires des dérèglements climatiques”.

Nous parlerons de nos recherches autour de l’enjeu commun que constitue l’évolution de l’occupation et des usages humains de la montagne et des savoirs auxquels ils donnent lieu. Il s’agira aussi de discuter avec le public présent et de bénéficier de son regard sur ces grands thèmes qui nous intéressent : changement climatique, transitions, évolution des enjeux démographiques, économiques, touristiques, pastoraux, paysagers. Ce sera sans aucun doute riche en perspectives, arguments et anecdotes, et nous aurons le plaisir d’être à La Cordée, lieu que j’apprécie particulièrement pour son cadre exceptionnel et pour l’accueil toujours à la fois convivial et érudit qu’y offre Marie-Claude Turc à ses hôtes.

Peut-être cela sera-t-il aussi l’occasion de discuter avec les habitants de Saint-Christophe de l’enquête toponymique participative que je mène cette année sur le territoire de leur commune, et de mettre en lumière le travail du parc dans ce territoire très singulier marqué par de fortes contraintes topographiques et climatiques, mais aussi par un maintien protégé des écosystèmes et des modes de vie montagnards.

Vous trouverez ci-dessous et ici des informations supplémentaires :

“Au fil du temps, les habitants temporaires ou permanents de la montagne se la sont appropriée de diverses manières. En développant des habitats, des toponymies et des activités particulières, ces lieux sont aujourd’hui les gardiens d’une mémoire. Les pratiques professionnelles, récréatives ou habitantes, évoluent, de même que l’environnement qui les entoure et qui pousse vers une adaptation face aux changements “récents” du milieu.”

Infos pratiques

Lieu du RDV : La Cordée, Saint Christophe en Oisans

Heure du RDV : 18h00

Contacts

Maison du Parc de l’Oisans (04 76 80 00 51)
Site internet : www.ecrins-parcnational.fr

Skis au dos, des approches de plus en plus longues au printemps ? Retour à la Bérarde depuis le Vallon de Bonne Pierre (Photographie F. de Montety, mai 2023)

Les toponymes valaisans en transitions

Sur une nouvelle recherche diachronique et collaborative

La carte Siegfried 1878, sa descendante contemporaine chez Swiss Topo, quelques livres et outils : le projet est lancé

J’ai appris récemment avec grand plaisir qu’une proposition de recherche que j’avais soumise à un appel à projet passionnant publié par le service culturel du Canton du Valais et le Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne (CIRM) de l’Université de Lausanne a été choisie par ces institutions. Je serai donc bien soutenu pour mener ce projet à son terme dans les mois à venir, en combinant des recherches d’archives et des observations de terrain, dans la perspective à la fois historique et ethnographique que j’essaye désormais de mettre en place dans la plupart de mes projets, entre vieux papiers et grands espaces.

Ce nouveau projet constitue un prolongement de mon travail effectué dans les Alpes françaises sous l’égide du Labex ITTEM, qui me permet déjà de varier les angles et les échelles d’analyse, mais dont la continuation en Valais sera l’occasion d’expérimenter de nouvelles choses. C’est en outre un projet qui revêt aussi une certaine importance à titre personnel, ayant des origines familiales en Suisse avec un aïeul émigré en France qui exerça le métier de traducteur, lequel a aussi été le mien avant que je puisse me consacrer entièrement à la recherche en géographie une fois ma thèse terminée ! J’ai donc un grand plaisir à effectuer des recherches sur ces toponymies valaisannes, avec toute la richesse qu’implique l’inscription de ces régimes de nominations locaux dans le bilinguisme officiel français-allemand et dans la grande musicalité des patois romands (dits franco-provençaux ou arpitans).

J’ai débuté ce travail en décembre 2022 et ai déjà eu la chance de pouvoir échanger avec des collègues de Suisse et d’ailleurs, tout en réunissant un corpus d’ouvrages, articles, cartes, archives, enregistrements et éléments lexicaux qui nourriront le projet. Les toponymes suisses romands sont un objet d’étude extrêmement riche qui est étudié avec méthode et érudition depuis bien longtemps, tant et si bien que si je pense bien sûr pouvoir faire émerger quelques matériaux et éléments d’analyse nouveaux par mon enquête à Sion et Évolène, ma démarche vise d’abord à assimiler cette histoire intellectuelle et tâcher de participer de mon mieux à son dynamisme contemporain, en lien avec les projets scientifiques formidables que sont le célèbre Glossaire des patois de la Suisse romande, ou encore le plus récent Atlas Toponymique du Canton de Vaud porté par Michiel de Vaan.

Des mots “chers aux coeurs humains”

En 1929, le linguiste vaudois Jules Guex (1871-1848) publiait la première partie de ses recherches toponymiques sur le Valais, dans laquelle il se concentrait sur le Val d’Hérens avant d’en faire de même avec le Val de Bagnes l’année suivante, annonçant ce que serait en 1946 son grand œuvre portant le titre énigmatique de La Montagne et ses Noms. Dans cette première étude d’envergure, il jouait même l’absurde pour interpeller sur le rôle de la toponymie dans la vie des montagnes :

« Essayez d’imaginer ce que serait une vallée alpestre où ni villages, ni torrents, ni sommets ne porteraient un nom. Vous oseriez à peine y pénétrer et vous vous empresseriez d’ en sortir, tant les choses vous paraîtraient hostiles, sournoises, inquiétantes. Supposez encore (ce qu’ à Dieu ne plaise !) qu’ à la suite d’une invasion soviétique, Hérémence vienne à s’appeler Trotzkyopol, ou enfin qu’une réforme à l’ américaine remplace les noms de lieux par des numéros comme ceux des automobiles: le Monte Rosa deviendrait le CH — 1545 U 7… Tout cela nous démontre, per absurdum, combien les noms des lieux, comme ceux des personnes, sont chers aux cœurs humains, et les poètes seuls pourraient dire les images et les sentiments qu’ ils font naître en nous. »[1]

Dix-sept ans plus tard, Guex pressentait déjà peut-être que la valeur de ces noms résidait aussi dans la disparition progressive d’un monde et de sa langue : du fait qu’il étaient « archaïques », et voués à avoir un temps de retard sur les mutations déjà en cours, ils pouvaient aussi être des traces subsistant malgré tout :

« Si le vocabulaire d’Evolène et des Haudères voit se faufiler en lui un nombre sans cesse croissant d’emprunts au français, il nous reste ces vocables conservateurs et archaïques que sont, si souvent, les noms de lieux. C’est d’eux que nous nous entretiendrons, de ceux qu’on peut lire, parfois estropiés, sur les cartes topographiques, de ceux aussi qui n’existent, pour la plupart, que sous la forme orale. Ils sont nombreux ces lieux-dits, noms de parcelles, de granges, de mayens, de forêts et de pacages. »[2]

Qu’en est-il trois quarts de siècle plus tard, alors que nous prenons la pleine mesure des transitions socio-environnementales à l’œuvre dans les montagnes, et que l’oubli semble promis aux glaciers comme aux patois ? Ce projet soutient l’hypothèse que tenir compte des changements dans les formes de désignation des lieux et paysages alpins du Valais est plus que jamais fondamental pour en saisir les dynamiques humaines contemporaines, en même temps que les mutations environnementales, économiques et sociales que l’on peut étudier à toutes les échelles dans des montagnes, et même dans l’imbrication fine de ces transitions. 

Noms de granges dans des fonds de vallée submergés par les eaux de barrages, de hameaux d’estive depuis longtemps désertés, de stations de ski privées de neige dix mois par an, de sommets baptisés à l’ère des conquêtes, débaptisés puis rebaptisés : les microfrictions entre les formes du langage et celles du réel qu’on lui donne pour rôle de désigner nous rappellent que la montagne se donne souvent à nommer par des usages qui sont voués à changer. Celle-ci résonne aussi souvent des échos lointains de langues dites « rares », « minoritaires » ou, pire « régionales », auxquelles les idiomes officiels ne laissent parfois plus que la portion congrue de la vie sociale, sinon le seul registre de la mémoire et de la vie familiale.

Le travail de recherche que j’ai réalisé ces dernières années m’a conduit à penser que les sociétés montagnardes sont, peut-être plus encore que les autres, très sensibles aux réinventions et réappropriations toponymiques qui jalonnent leur histoire. Peut-être sont-elles aussi particulièrement réceptives aux initiatives de réflexion et d’action collective qui pourraient évoquer la solidarité des veillées et tâches communes qui permettaient autrefois aux communautés isolées de survivre à l’hiver et à la rudesse du mode de vie d’altitude. L’enquête que je mène vise à rendre compte de l’importance des toponymes dans le patrimoine culturel du Valais et à mieux comprendre leur rôle dans l’expression individuelle et collective de l’attachement aux lieux chez les habitants des montagnes valaisannes.

Fonds documentaire et terrains

Mes recherches préliminaires sur l’histoire des études toponymiques portant sur le Valais m’ont surtout permis jusqu’alors de dresser une bibliographie, encore bien trop lacunaire au regard du volume des travaux parus sur le sujet depuis les années 1870, dont une grande partie reste difficile d’accès. Les ouvrages et revues scientifiques conservés par la Médiathèque Valais, en particulier à Sion et Martigny, seront la base d’un état de l’art, historique et contemporain, qui servira à donner un aperçu des débats et positions des savants suisses autour de la question toponymique tout au long du XIXème et du XXème siècle. C’est une période lors de laquelle on peut noter le dynamisme des débats sur la « véritable orthographe » de noms de lieux qui viennent majoritairement du patois, c’est à dire des divers parlers romands appartenant à la langue dite francoprovençale ou arpitane, partagée notamment avec les Alpes françaises du Nord et le val d’Aoste.

L’enjeu de la collecte documentaire réalisée grâce aux ressources de la Médiathèque Valais sera alors d’examiner cote à cote les publications d’Henri Jaccard (1849-1922), Ludwig E. Iselin (1861-1922), Jules Guex (1871-1948), et Paul Aebischer (1897-1977), entre autres, et différentes versions de coupures de la carte de la Suisse, des travaux menés sous la houlette de Guillaume Henri Dufour aux dernières productions de Swisstopo, pour esquisser une chronologie fine des recherches savantes, des levés et des synthèses topographiques qui établissent « le nom correct », par exemple en en cherchant l’origine, parfois en le francisant, ou même en le retraduisant. Ce débat, qui naît dès la préparation de la carte Dufour, est fondamental, et caractéristique des frustrations des philologues et autres érudits valaisans face aux problèmes insurmontables auxquels sont confrontés les cartographes. Dufour lui-même en était bien conscient, qui notait dès 1846 :

« on évitera, autant que possible, les fausses dénominations, mais on ne les évitera jamais entièrement; parce que si l’on se tient au langage du pays, non-seulement les puristes le trouveront impropre, mais il ne satisfera pas toujours les habitants eux-mêmes, attendu qu’il arrive souvent comme il a été dit, que d’une vallée à l’autre, le même point reçoit des noms différents. »[3]

Pour décider malgré le caractère insurmontable du choix à faire, on pouvait néanmoins le faire valider par les autorités :

« En ce qui concerne les feuilles qui sont levées par les Ingénieurs à la solde de la Confédération, il ne se bornera pas à faire ce qu’il a fait jusqu’à présent, c’est-à-dire à consulter les auteurs statistiques et les personnes les plus versées dans la connaissance des lieux, pour savoir les véritables dénominations, qui, pour le dire en passant, offrent une immense difficulté par la diversité des jargons suisses, au point qu’une mème sommité vue de deux vallées opposées, porte quelquefois des noms entièrement différents ; il enverra, ainsi que l’a proposé l’honorable Député des Grisons, les premières épreuves des feuilles aux États dont le territoire s’y trouve compris. »[4]

Comment les autorités cantonales ont-elles géré ce choix en Valais ? Par quelles institutions et en recourant à quelles compétences ont-elles pu trouver une solution savante et politiquement acceptable à ce problème ? Sans savoir encore si je parviendrai à obtenir des réponses tout à fait satisfaisantes à ces questions, je pense que les recherches d’archives pourraient permettre d’y répondre au moins partiellement.


Le nom de lieu comme processus et comme représentation

L’étude des noms de lieux est un domaine de recherche pluridisciplinaire paradoxal, à la fois bien connu du grand public et aux contours mal circonscrits dans le champ scientifique. Si la définition de la toponymie comme processus de construction des savoirs reste délicate, c’est sans doute parce que l’on sait bien que ce n’est pas qu’une « science du nom », mais que l’incertitude subsiste quant aux approches et méthodes à lui appliquer pour en prendre compte les multiples dimensions. La toponymie n’est pas qu’une science du nom parce que les formes de ces noms peuvent être trompeuses, parce qu’ils sont construits, utilisés et transformés dans des situations qui transgressent les catégories morphologiques qu’on leur assigne, et que leur étude en tant que représentations mouvantes requiert aussi d’envisager l’analyse philologique en s’intéressant finement au contexte de leur occurrence.

Dans les Alpes, notamment, en France, en Suisse, en Allemagne et en Italie, les études toponymiques présentent une grande variété disciplinaire, méthodologique et scalaire, tout en montrant les signes souvent tout à fait bienvenus d’une porosité entre les réseaux scientifiques, les réseaux non-scientifiques d’érudition locale et les acteurs publics. Sous les effets d’approches volontiers collaboratives ou participatives, on voit émerger des initiatives par lesquels les toponymes sont pensés et considérés comme une part significative du patrimoine culturel d’une commune, d’une région, voire du mode de vie montagnard plus généralement. Les échanges et rencontres locales contribuent à reféconder la recherche scientifique, et l’aider à quitter la posture stérile qui a consisté longtemps pour les « vrais » savants à rejeter les excès, d’ailleurs bien connus et correctibles, d’une toponymie régionaliste et populaire dont l’érudition manquait parfois de rigueur formelle.

Ces excès ou imprécisions, comme ceux des études généalogiques, sont aussi des indications de représentations et narrations dont l’examen lui-même présente un grand intérêt. Dans une perspective géographique, anthropologique ou sociolinguistique, la finalité de la toponymie ne peut plus être la recherche du sens caché des noms, mais le dévoilement des transformations socio-spatiales dont les lieux qu’ils désignent font l’expérience. Ce sens transitionnel du nom de lieu, ce n’est donc jamais seulement la traduction du mot au regard de sa situation géographique mais plutôt l’ensemble de l’histoire des processus par lesquels il se présente à qui l’utilise ou l’observe. Je me rendrai bientôt en Suisse sur les traces de cette histoire, dont je ne manquerai pas de raconter les soubresauts et présenter ici quelques traces contemporaines. À suivre…


[1] Jules Guex, « Esquisse toponymique du Val d’ Hérens », Les Alpes, 1929, p.267-268

[2] Jules Guex, La montagne et ses noms. Etudes de toponymie alpine, Lausanne : Librairie F. Rouge, 1946, p.122

[3] Guillaume Henri Dufour, Rapport du Colonel Quartier-Maître général au Conseil fédéral de la guerre, en réponse aux observations critiques touchant la confection de l’atlas suisse renvoyées à l’examen du Conseil fédéral de la guerre par arrêté de la Diète du 9 Juillet 1846, Genève, 1846, pp.1-2

[4] Guillaume Henri Dufour, Rapport du Colonel Quartier-Maître général au Conseil fédéral de la guerre, en réponse aux observations critiques touchant la confection de l’atlas suisse renvoyées à l’examen du Conseil fédéral de la guerre par arrêté de la Diète du 9 Juillet 1846, Genève, 1846, pp.1-2

Les toponymies éthyliques des Hautes-Alpes

LE NOM SECRET DES CIMES (1) Sur quelques enjeux géo-linguistiques de l’humour cartographique, de la modération et de l’alpinisme

Il y a des montagnes qui ont un nom mais que l’on ne peut chercher qu’en vain, comme le fameux Mont Iseran, et il y a des montagnes bien réelles qui n’ont pas de nom. Il y a quelques années était réparée une de ces erreurs de l’histoire avec l’apparition du Pic Ombière sur les cartes IGN. Il faut en prononcer le nom à haute voix pour en comprendre l’homophonie avec la bière parfumée à l’apéritif à l’amer, et se confirmer la blague en constatant sa proximité avec la « Pointe du Demi », au nom d’apparition récente lui aussi. Je me trouvais justement il y a quelques jours en randonnée sur des hauteurs qui font face à ce joli coin des Hautes-Alpes mais ne connaissais pas encore leur histoire étonnante. Des amis m’ont depuis mis sur la piste de ces toponymes, qui prêtent à sourire quoiqu’ils soient aujourd’hui tout à fait officiels.

Vue depuis le Pic du Lac de Combeynot

Photo et “infographie” F. de Montety – Mars 2023

Il faut dire d’abord que la question de la consommation d’alcool lors des courses en montagne fait débat depuis plus de cent cinquante ans : certains alpinistes, touristes comme guides, ne se passaient pas de vin, mais les instances de l’alpinisme luttaient contre le préjugé d’alors qui voyait dans les boissons alcoolisées des fortifiants naturels pour les hommes virils qui se lançaient à la conquête des sommets. Franz Schrader, un temps président du CAF, mais surtout grand topographe et peintre de montagne avait même fait afficher en 1900 le texte suivant.

Source : CAF Grenoble Oisans

On pourra toujours arguer pour se rassurer que le gain psychologique d’un demi de bière ou d’un verre de rouge est supérieur ou égal aux effets néfastes de l’alcool sur la bonne hydratation et la récupération. D’ailleurs on peut toujours à défaut de boire du vin et de la bière en rêver ou en rire, comme la commission toponymique canadienne qui a laissé côte à côte un « Lac du Houblon » et un « Lac des Picoleurs » (96902, Rivière-aux-Outardes)…

Autre temps, autres moeurs… (1981)

Cartes et territoires de l’apérotoponymie

Les étendues rocheuses qui séparent les vallées de la Guisane et de la Clarée sont presque aussi liquides que minérales : entre les deux sommets des facétieux toponymistes haut-alpins, on trouve le Col du Raisin et, à quelques centaines de mètres de là, le Refuge et les Crêtes du Chardonnet (à ne pas écrire “Chardonnay”).

Source: Géoportail

Les cartes anciennes confirment que ces deux derniers toponymes ne sont pas récents et sont sans doute issus d’un cycle motivationnel naturel, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas été créés dans le cadre d’une stratégie toponymique visant à produire des effets spécifiques (par exemple politiques, publicitaires ou humoristiques). Ils sont attestés par exemple sur une jolie carte au 1 : 100 000 publiée par le ministère de l’intérieur en 1904.


Source : collection personnelle

Le toponyme « Chardonnet » est bien sûr assez courant dans les Alpes, avec par exemple l’Aiguille du Chardonnet, située dans le massif du Mont Blanc entre les glaciers du Tour et d’Argentière, et il n’est qu’homophone avec le cépage blanc bourguignon. Le nom de celui-ci, qui renvoie au village de Chardonnay (71700), a été analysé par le grand linguiste Ernest Nègre comme issu du nom propre de personne gaulois Carathounus, il n’aurait donc rien à voir avec le nom “Chardonnet”, qui renvoie aux chardons.[1]

Le toponyme « raisin » quant à lui pourrait laisser penser à la présence de vignes dans les environs, mais il est probable qu’il ne soit utilisé ici que par métaphore.

La présence des deux toponymes humoristiques “Pointe du Demi” et “Pic Ombière” est attestée aujourd’hui sur les cartes IGN, tout comme sur Open Topo et la plupart des services numériques d’orientation et topographie récréative, à quelques kilomètres du Monêtier-les-Bains et de Névache.

Source : OpenTopoMap

L’Ombière et le Demi étaient anonymes à la fin des années 1990 quoique cotés à respectivement 2830 (ou 2832) et 2816 (ou 2817) mètres, tout comme sur les cartes antérieures (par exemple la carte des Écrins et du Haut Dauphiné au 1: 50 000 publiée par les éditions Didier Richard avec l’IGN en 1975 ou encore la carte de l’IGN au 1: 25 000 de 1985 (3435 Est – La Grave, Valloire)).

Source : Collection personnelle

Source : Collection personnelle

Si les deux Pics n’avaient toujours pas de nom selon l’IGN en 1997, le changement semble avoir eu lieu au début des années 2000. C’est le Pic Ombière qui est “né” le premier, apparaissant sur la carte IGN dans l’édition de 2003 (révision de 2001) tandis que la cote 2817 restait innommée.

Source : Collection personnelle

De l’herbe de qualité

Quelques années plus tard, la Pointe du Demi apparaissait à son tour officiellement. La toponymie des reliefs entre Clarée et Guisane semble s’être ensuite stabilisée dans les années 2010 et maintenue jusqu’à nos jours sans qu’aucune crête du Houblon ou Mont Gentiane ne naisse mystérieusement. Pourtant, à y regarder de plus près, on remarque au sud du Pic Ombière un petit sommet au nom assez anodin : la Benoîte (2807m).

C’est le nom d’une plante qui se plaît en montagne jusqu’à plus de 2000 mètres et dont la racine est utilisée à des fins médicinales depuis au moins le Moyen-Âge, étant rien de moins que « tonique astringente, stimulante, apéritive, digestive, stomachique, fortifiante gastrique, sudorifique, fébrifuge légère, hémostatique, tonique circulatoire, anesthésiante, antiseptique ».

Mon ami Cédric Dentant, qui est à la fois botaniste, alpiniste, bédéaste, géographe et auteur de l’excellent Et si Darwin avait été alpiniste, me fait très justement remarquer qu’il existe plusieurs espèces de Benoîte : “Geum urbanum est la plus courante, mais à basse altitude (certainement pas à 2800 mètres). A ces altitudes, il en existe deux autres : la Benoîte rampante (Geum reptans) et la Benoîte des montagnes (Geum montanum). Cette dernière étant localement assez fréquente, j’opterais pour son influence.”

L’usage de cette plante sous l’une ou l’autre de ces formes aurait été recommandé par Hildegarde de Bingen (1098-1179), la célèbre moniale dont le génie polymorphe nous a laissé des œuvres spirituelles et philosophiques, poétiques et musicales, mais aussi médicales (la célèbre Physica). Il en ressort en particulier une monumentale botanique en 230 chapitres ! [3] Dans ce travail érudit où l’on croit déceler un syncrétisme préscientifique déroutant (on y trouve parmi les plantes le sel, les œufs, le lait), Hildegarde propose un système de classement et une vision pratique des plantes qui reflètent les connaissances de son temps, mais aussi peut-être les savoirs druidiques et germaniques anciens qui l’auraient inspirée.

Cédric Dentant m’apprend que le nom de cette étonnante plante vient de Saint-Benoît, ermite chrétien ayant fui la décadence de Rome pour vivre retiré et fonder un des monastères dont la règle éponyme organisera dès lors la vie monacale. Plus d’un millénaire avant qu’Hildegarde, elle-même bénédictine, ne traite de la Benedicta dans le chapitre 163 de son œuvre et vingt siècles avant qu’une boisson à la Benoîte ne soit vendue sur des sites internet dédiés à la commercialisation de produits inspirés par les travaux de la moniale de Bingen, la racine de la Benoîte aurait déjà été utilisée dans l’antiquité par les Gaulois pour aromatiser leur cervoise. Peut-être est-ce là la plus importante clef de lecture de ce toponyme, qui n’est pas absurde sur le plan de la géographie botanique des Hautes-Alpes, mais dont l’irruption sur la carte IGN à l’aube des années 2000 ne peut manquer de susciter quelques soupçons.

Source: Géoportail

L’histoire des sommets éthyliques des Hautes-Alpes pose tout de même des questions toponymiques tout à fait sérieuses dont je parlerai sans doute plus en détail ailleurs, dans la continuité de mes premiers travaux sur la « nomination de conquête » en haute-montagne depuis le XIXème siècle, et les dimensions dialectologiques et socio-linguistiques des évolutions toponymiques à l’ère de la montagne récréative.

Entre autres mystères, il sera intéressant non seulement de découvrir qui a inventé ces calembours savoureux en s’appuyant judicieusement sur les équivoques de la toponymie existante, mais aussi comment le Pic Ombière s’est peu à peu fait connaître. Grâce à une course de ski freeride organisée sous le nom de Derby du Pic Ombière au début des années 2000, avec le refuge du Chardonnet comme camp de base ? Grâce aux topos de ski de randonnée qui ont popularisé ce nom, notamment en ligne ? Plus important encore : comment les blagueurs ont-ils pu faire officialiser les trois noms et les faire porter peu à peu sur les cartes IGN entre 2001 et 2010 ?

Ont-ils reçu la complicité du pourtant très sérieux Institut de Saint-Mandé et de la Commission Nationale de Toponymie, ou ont-ils du faire usage de ruses plus sournoises pour tromper les ingénieurs cartographes ? Est-ce le gardien du refuge du Chardonnet qui a lancé la blague et est parvenu à faire accepter peu à peu l’usage du terme par suffisamment de randonneurs pour le rendre indispensable ? Ou bien sont-ce les gardes du Parc National des Écrins, qui auraient fait jouer leur légitimité territoriale indubitable pour faire croire à des « toponymes oubliés » qui n’attendaient que d’être retrouvés ? Le succès de cette blague a-t-elle contribué à attirer plus de visiteurs dans ce vallon et au refuge du Chardonnet ?

Enfin, et c’est sans doute la question fondamentale : s’ils sont effectivement aujourd’hui les noms partagés par la communauté de ceux qui fréquentent ces lieux de façon quotidienne, ne sont-ils pas devenus légitimes par l’usage ? Autant de questions qui ne manquent pas d’appeler une enquête plus approfondie, dans l’esprit de From Squaw Tit to Whorehouse Meadow, fameux livre de Mark Monmonnier sur les aspects salaces, insultants et éventuellement drôles, de l’histoire toponymique nord-américaine moderne.

De l’AOC au « droit au toponyme »

Du côté de chez nous, en dépit des séductions obstinées d’un tropisme du terroir qui irrigue formellement ou informellement les options thématiques de la géographie universitaire depuis plus d’un siècle, il n’a pas encore parfaitement été montré comment la construction territoriale des boissons alcoolisées ou non a fait en France de la question toponymique une donnée fondamentale de la culture et de l’économie rurales, de Cognac à Evian.

Les plus notables exceptions selon moi (parmi d’autres travaux tout aussi passionnants mais abordant le plus souvent cette question en biais, en marge d’autres analyses) sont les remarquables articles de l’onomasticien Christian Guerrin (1957-2013) (accessible ici) et de l’historien Gérard Aubin (accessible ici ) au milieu d’un foisonnement de travaux pluridisciplinaires sur les appellations géographiques.[5] Il faut dire aussi que, par son poids économique et son prestige culturel sans doute, le vin suscite sans surprise la majorité des commentaires. Malgré les zones d’ombre que laissent maintenir nos lacunes scientifiques, chacun peut néanmoins voir sans difficulté que le régime des appellations donne au nom de lieu un poids symbolique mais aussi juridique important, dans le secteur du vin comme dans celui des fromages, entre autres produits dont le contrôle officiel de la qualité est adossé au contrôle de l’origine géographique.

Le label d’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC), né en France de la reconnaissance de l’appellation d’origine par la loi du 1er août 1905 puis celles du 6 mai 1919 et du 30 juillet 1935, c’est « la dénomination d’un pays, d’une région ou d’une localité servant à désigner un produit qui en est originaire et dont la qualité ou les caractères sont dus au milieu géographique, comprenant des facteurs naturels et des facteurs humains. » (Article L.641-5 du code rural et de la pêche maritime) Ce label a trouvé depuis 1992 au niveau européen un prolongement dans l’Appellation d’Origine Protégée (AOP), qui harmonise les labels nationaux de protection des produits du terroir (liste des produits cf. article 1, paragraphe 2 et annexe I, partie XII règlement (UE) N° 1308/2013). Cette situation qui définit aujourd’hui une culture vinicole et oenophile nationale mais aussi internationale tournée vers la protection des terroirs et savoir-faire associés a fait transitionner nombre de noms de lieux du statut d’espace vécu à celui de marque et structuré une géographie multiscalaire des vinonymes dont la finesse n’a d’égale que l’ampleur des enjeux financiers qu’elle arbitre. En témoignent par exemple des conflits retentissants, à l’image de l’affaire Cheval Blanc, du nom du célèbre domaine girondin appartenant au groupe LVMH (Château Cheval Blanc, Saint-Émilion, 33330, AOC Saint-Emilion) ayant fait assigner une propriété viticole homonyme (Domaine du Cheval Blanc, Saint-Germain-de-Grave, 33490, AOC Cadillac) pour contrefaçon par imitation. Le domaine attaqué avait pu faire valoir pour se défendre qu’une partie au moins de ses parcelles était située sur un lieu-dit portant le nom de Cheval Blanc.

On peut faire remarquer que ce nom est par ailleurs porté, avec des variantes, par quelques dizaines de lieux-dits en France, dont un autre dans le même département correspond à un domaine viticole (Clos du Cheval Blanc, Villeneuve, 33710, AOC Côtes-de-Bourg). Comme tout viticulteur, celui-ci peut donc jouir de ce qu’on appelle désormais un « droit au toponyme », celui de promouvoir son vin en faisant référence au lieu où il est produit, même si le nom de ce lieu est homonymique ou homophonique avec une autre marque viticole établie, y compris si elle est attestée antérieurement. 

Les trois « Cheval Blanc » du Bordeaux

Source: Géoportail

AOC Saint-Emilion

Source: Géoportail

AOC Cadillac

Source: Géoportail

AOC Côtes-de-Bourg

Antonomases, publicités et pièges étymologiques

Même si on sait que les vins prestigieux de l’antiquité pouvaient déjà être désignés par leur région de production, c’est surtout récemment que la relation de référencement entre le lieu et la boisson a commencé à systématiser l’antonomase de noms de lieux devenant des noms de produits (« J’aime boire un petit Gigondas sec sur un Saint-Marcellin bien fait »).

Quand en revanche une marque de boisson tente de s’accrocher à un toponyme célèbre, elle construit par l’imaginaire que porte le langage un lien immédiat entre elle et ses consommateurs, mais se condamne sans doute à n’être pas aussi connue que le nom auquel elle fait référence. La brasserie du Mont Blanc et celle Mont Aiguille savent qu’elles ne feront jamais d’ombre aux sommets auxquels elles tentent de s’accrocher par le nom et l’image.

Il arrive aussi à l’inverse que des noms de lieux fassent référence à un nom de boisson et en identifient un lieu de production passé, le territoire français comptant de nombreux hameaux dont le nom pourrait évoquer le vin (mais aussi la bière, ou le cidre, boisson aujourd’hui considérée comme liée principalement aux terroirs du Grand-ouest mais qui a également été produite et consommée sur la quasi intégralité du territoire métropolitain.)

La recherche toponymique s’appuie toujours sur des indices et témoignages incertains, à vérifier et croiser pour éviter les conclusion forcément hâtives que des formes trop évocatrices peuvent nous faire formuler. L’ivresse des devinettes étymologiques est souvent trompeuse. On en a par exemple une démonstration avec le toponyme “Huiles” que l’on trouve sur l’ancienne carte de l’IGN des Hautes Alpes (feuille de La Grave, 1950, via Géoportail) : comme l’a montré le dialectologue alpin Gaston Tuaillon dans un bel article sur “la recherche du sens perdu“, il ne renvoie pas à la production, à la vente ou au transport d’huile, à l’inverse de la Place aux Huiles, de Marseille. Il ne s’agit que d’une francisation approximative de la forme francoprovençale ordinairement traduite par le mot “Aiguille”, si courant dans les Alpes, y compris ici juste à côté de ces “Huiles”.

Source: Géoportail

Cette difficulté récurrente de la lecture historique des processus successifs de traduction, d’adaptation plus ou moins homophonique et de remotivation est également illustrée par le toponyme « Bière » : on a beau vouloir y voir les signes d’un paysage rural mité de microbrasseries artisanales ou de guinguettes pittoresques, ce nom renvoie en fait souvent à la désignation d’une plaine ou d’un espace plan…

Cela ne signifie pas que les légendes toponymiques et les étymologies folkloriques n’ont pas de valeur : au contraire, comme l’avait bien démontré l’ethnologue grenoblois Charles Joisten dans les années 1970 dans un article consacré aux anecdotes populaires sur les noms de lieux, elles constituent un genre narratif passionnant. On peut citer par exemple l’explication pseudo-historique du nom du hameau de Chamandrin, qu’il avait recueillie dans le Briançonnais en 1957 :

“Le célèbre bandit dauphinois Mandrin (3), se trouvant avec sa troupe à Chamandrin, exigea sous peine de représailles qu’on lui servît à manger du lapin. Le repas eut lieu le lendemain dans l’écurie de François Telmon ; mais à défaut de lapin, on prépara un civet de chat. Au cours du repas, on demanda à Mandrin comment il trouvait le civet. « Excellent, dit-il, quand je repasserai vous m’en resservirez. » A ce moment, quelqu’un dans l’assistance imita les miaulements d’un chat. Étonné, Mandrin voulut en connaître la raison. « Sire, lui répondit-on, ce n’est pas du lapin que vous avez mangé, c’est du chat. » Mandrin décréta alors que le village s’appellerait Chamandrin.”

Quant au grand Gaston Tuaillon, il a consacré lui aussi de belles et malicieuses pages aux calembours souvent involontaires par lesquels les sons de langue d’émergence du toponyme ont été grossièrement imités en recréant du sens en français sans respecter le sens du nom d’origine, avec un certain “mépris de la langue locale”. Ainsi le nom francoprovençal de Crêt d’Au (“le sommet de la prairie”) est-il devenu par calembour le Grand Crédo puis sans doute par une ignorance plus laïque le Grand Crêt d’Eau (01200 Valserhône). Le sommet mal nommé domine toujours aujourd’hui ainsi la vallée du Rhône où un resserrement (une “cluse”) est improprement appelé “Défilé de l’Écluse” …

Source: Géoportail

Quelques « Bière » pour la route : une transparence illusoire

Source: Géoportail

Bière de Haute-Loire (43430 Les Vastres)

Source: Géoportail

Bière de Creuse (23800, Lafat)

Source: Géoportail

Bière des Hautes-Alpes (05150 Saint-André-de-Rosans)

Un Picon de Bordeaux ? (33220 Eynesse)

« Le meilleur c’est le nôtre » : joies et nostalgies des vinotoponymes

On trouvera un peu partout des toponymes évoquant de façon plus ou moins transparente le vin, mais il faut bien préciser qu’ils renvoient très majoritairement surtout à la vigne plutôt qu’à son sous-produit, sous des formes aussi diverses que « Vignolles », « Vignogoul » ou « Reygade ».

Les régions proches des montagnes ne font pas exception, à l’image de l’Isère et des Hautes-Alpes. Il existe par exemple à côté de Grenoble une ville nommée Saint-Martin-le-Vinoux, dont les terres agricoles ont été mangées par l’expansion métropolitaine et accueillent aujourd’hui une partie des populations les plus aisées de l’agglomération grenobloise. Elle a jadis été un haut-lieu de la production de vin à l’échelle locale, ce dont témoigne toujours son nom bien qu’on ne produise guère plus de vin (appellations Isère et Comtés Rhôdaniens) sur les côteaux du sud de la Chartreuse (le massif, pas la liqueur) alors que le vin mousseaux Rachais, d’après le nom du petit mont arrondi qui surplombe l’agglomération, était très réputé il y a un siècle.

Source : https://les-vignes.pergras.com/

Source : https://les-vignes.pergras.com/

Le vin oublié de Saint-Martin-le-Vinoux a fait l’objet d’un des Cent Sonnets Gourmands Dauphinois du journaliste et écrivain Henri Second (1851-1915)[6]

« Notre Saint-Martin-le-Vinoux                      

Qui, certes, en vaut bien un autre,          

(Même, le meilleur, c’est le nôtre)           

Partage son vin avec nous.

Son bon vin blanc, son bon vin doux       

Qui ferait loucher un apôtre                    

Mieux que Bergerac ou Limoux ;            

Je paie le Pot. Payez le vôtre.

Sur la route, au flanc du coteau,

On mange maint et maint gâteau ;

Mais, sapristi, ça vous empâte !

D’un large flot blanc rosé,

Il faut le tenir arrosé,

Le gâteau de la Buisserate. »

Figure de la vie littéraire et journalistique et du tourisme alpestre grenoblois, mais surtout en tant que président d’honneur de la Société des Alpinistes Dauphinois, Henri Second n’a pas marqué le Haut-Dauphiné par de grandes premières. Il faut croire en revanche que son goût pour le bon vin et l’humour l’auraient sans doute fait apprécier de gravir un jour ou l’autre le Pic Ombière.

PS: Il y a au moins un grand alpiniste qui fut authentiquement brasseur de profession : Moritz von Kuffner, auteur dans le massif du mont Blanc avec Alexandre Burgener et Josef Furrer de la première de la crête qui porte son patronyme, sous le Mont Maudit. Il ne semble pas avoir laissé dans les environs de nom rendant hommage à la boisson qui avait fait sa fortune, mais est-ce lui qui y a nommé la célèbre “Pointe de l’Androsace”, dont Cédric Dentant et moi cherchons ces jours-ci l’origine ?


[1] Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1, Genève : Droz, 1990, p.201

[2] Laurence Moulinier, « La botanique d’Hildegarde de Bingen », Médiévales, 16-17, 1989. pp.113-129 ; Laurence Moulinier, « Hildegarde de Bingen, les plantes médicinales et le jugement de la postérité : pour une mise en perspective », Scientarum Historia, 20, 1-2, 1994, pp.77-95

[3] Parmi de très nombreuses références, voir par exemple Éric Vincent, « Les qualités du lieu dans les délimitations des appellations d’origine », Crescentis [Online], 1, 2018, Dossier thématique : Le vin et le lieu, 2018 ; Antoine Vialard, « La délimitation des aires d’appellation d’origine », Jean-Claude Hinnewinkel et C. Legars, Les Territoires de la vigne et du vin, Bordeaux : Féret, 2002, pp.161-168 ; N. Olszak, « Les appellations d’origine en droit international (1880-1994) », in S. Wolikow, F. Humbert (dir.), Une histoire des vins et des produits d’AOC – L’INAO, de 1935 à nos jours, Dijon, EUD, 2015, p.83-91 ; Florian Humbert,« Approche historique du processus de délimitation des AOC vinicoles françaises. Contribution à la compréhension des principes et de l’application d’une expertise. », Sciences humaines combinées [Online], 5, 2010

[6] Voir la biobibliographie publiée à son sujet par le bibliophile érudit Jean-Marc Barféty 

Anthropological and ethnographic photography in Russian Turkestan [NEW PUBLICATION]

Charles-Eugène Ujfalvy, “Kirghise”, 1881, Bibliothèque nationale de France/Société de Géographie

I spent the better part of 2016 and 2017 at the Bibliothèque nationale de France, where I had the chance to benefit from a Mark-Pigott fellowship to study lesser known series of photographs taken in Central Asia and presented at the French Geographical Society by European travellers during the late 19th century.

Within this very extensive body of visual material taking the form of thousands of lantern slides which I explored under the supervision of the Geographical Society Archive‘s head keeper and photography specialist Olivier Loiseaux, I chose to focus on the work of the Hungarian-French philologist and ethnographer Charles-Eugene Ujfalvy (1842-1904).

I was eventually invited by Svetlana Gorshenina and Sergei Abashin to present the results of my research at a conference organised at the European University in Saint Petersburg (Russia) in May 2019. It proved a wonderful experience, and even lead to my participation to a book edited by Svetlana Gorshenina, Sergei Abashin, Bruno De Cordier and Tatiana Saburova. Titled Photographing Central Asia. From the Periphery of the Russian Empire to Global Presence, the book is a wonderful addition to existing works on visual anthropology in the 19th century and I couldn’t stress how honoured I felt to be invited to publish a chapter alongside Central Asian, Russian and European scholars whose work I had long been reading and admiring.

My chapter is titled : “Picturing the Other, mapping the Self: Charles-Eugène de Ujfalvy’s anthropological and ethnographic photography in Russian Turkestan (1876–1881)”. It combines my earlier research on the European ethnographic and linguistic exploration of Central Asia with a contextualised analysis of the aforementioned material. Drawing upon earlier work by the likes of Svetlana Gorshenina and Marie-Laure Aurenche, among others, it suggests that Ujfalvy’s visual representation of identities attempted to bridge the gap between various anthropological traditions with a nostalgic yet definitely pro-colonial awareness of the changing landscape of Central Asian societies under Russian rule.

The full book including that chapter (pp.39-62) can be downloaded for free here

Photographing Central Asia

Svetlana Gorshenina, Sergei Abashin, Bruno De Cordier and Tatiana Saburova eds., Photographing Central Asia. From the Periphery of the Russian Empire to Global Presence, Berlin : De Gruyter, 2022

Charles-Eugène Ujfalvy, “Intérieur Kirghis”, 1881, Bibliothèque nationale de France/Société de Géographie

Un retour à Grenoble : Stendhal 1837

« Midi sonnait, le soleil était dans toute son ardeur, le silence universel n’était troublé que par le cri de quelques cigales ; c’était le vers de Virgile dans toute sa vérité :

Sole sub ardenti resonant arbusta cicadis.

Une brise légère agitait l’herbe assez longue du glacis qui faisait le premier plan. Au delà, les délicieux coteaux d’Échiroles, d’Eybens, de Saint-Martin-de-Gières, couverts par leurs châtaigniers si frais, déployaient leurs ombres paisibles. Au-dessus, à une hauteur étonnante, le mont Taillefer faisait contraste à la chaleur ardente par sa neige éternelle, et donnait de la profondeur à la sensation.

Vis-à-vis, adroite, la montagne du Villars-de-Lans. (Peut-être que je brouille un peu tous ces noms, mais peu importe, ceci n’est pas un livre d’exactitude, la chose que je conseille de voir existe.) Un tel moment mérite seul un long voyage. »

Stendhal, Mémoires d’un Touriste, p.1854 [1838], Paris : Michel Lévy, pp.146-147 (Passage daté du 24 août 1837)

Les toponymes alpins en transitions // A new project on toponyms and socio-environmental mutations in the Alps

Below is a presentation for a project I just started at the Université Grenoble Alpes :

Les toponymes alpins en transition : mutations socio-écologiques et appropriation des noms de lieux en milieu montagnard

Ce projet vise à rendre compte des héritages et des reconfigurations socio-écologiques contemporaines des noms de lieux montagnards dans l’ouest des Alpes.

En combinant une analyse cartographique diachronique fine à une enquête qualitative auprès des habitants d’un échantillon restreint de communes de moyenne montagne, il permettra d’analyser au plus près du terrain les processus onomastiques qui accompagnent les modifications des milieux et des modes de vie. Cette enquête s’intéressera en particulier à la façon dont les populations montagnardes et les usagers de ces territoires s’approprient ou négligent, réinvestissent ou réinventent les toponymes relatifs aux paysages, plantes, animaux et modes de vie hérités tout en étant partie prenante à la transition écologique à l’œuvre aujourd’hui.

  • Mots-clés :

Toponymie ; Transition écologique ; Géographie linguistique ; Socio-écosystèmes montagnards


Signalétique de randonnée pédestre à Saint-Martin d’Uriage, massif de Belledonne (38). Photographie : Valentine Chauvin)

1 Introduction

Le projet postdoctoral proposé vise à rendre compte des héritages et des reconfigurations socio-écologiques contemporaines des noms de lieux montagnards dans l’ouest des Alpes.

En combinant une analyse diachronique d’un corpus toponymique à une enquête qualitative au contact des habitants d’un échantillon restreint de communes de moyenne montagne, il permettra d’analyser au plus près du terrain les processus onomastiques qui accompagnent les modifications des milieux et des modes de vie.

Cette enquête s’intéressera en particulier à la façon dont les populations montagnardes s’approprient ou négligent, réinvestissent ou réinventent les toponymes relatifs aux paysages, plantes, animaux et modes de vie hérités tout en étant partie prenante à la transition écologique à l’œuvre aujourd’hui.


2 Description du sujet de la mission postdoctorale

2.1 Objectifs de l’étude

Cette étude vise à mieux comprendre comment les noms de lieux rendent compte de l’évolution des milieux montagnards en tant qu’espaces vécus. Cette étude d’ampleur contenue est destinée à produire et traiter, en un cycle de moins d’un an, des matériaux empiriques ancrés dans des territoires alpins de l’Isère et de la Drôme. En co-construisant avec les enquêtés un état des lieux des pratiques de nomination des espaces par leurs caractéristiques écologiques et paysagères, leurs fonctions et leur histoire, il s’agira in fine d’identifier le rôle exercé aujourd’hui par les bouleversements environnementaux et les transformations socio-économiques dans la construction socio-spatiale de ces territoires singuliers.   

Ce projet de recherche postule que les toponymes issus de la fréquentation et des usages de la moyenne montagne par ceux qui l’habitent ou la parcourent esquissent sur le temps long une archive socio-écologique dont l’analyse qualitative s’intègre pleinement aux diverses approches scientifiques d’étude de ces espaces de montagne. Il s’inscrit dans un champ de la toponymie critique fondé sur la complémentarité des approches disciplinaires et des outils de recherche, entre géographie politique et écologie, socio-linguistique et dialectologie.

2.2 Contexte scientifique de la recherche 

Dans l’introduction de son Glossaire des termes dialectaux permettant de trouver le sens d’un grand nombre de toponymes de la nouvelle carte de France au 1:25000, le toponymiste et ingénieur de l’IGN André Pégorier déclarait :

La consultation d’un cadastre, d’une carte, d’un guide touristique ou plus simplement d’un panneau indicateur place l’utilisateur en présence de nombreux noms de lieux dont la signification lui échappe, et dont peut-être même ne soupçonne-t-il pas qu’ils puissent en avoir une. Or si un toponyme doit permettre d’identifier très précisément un détail géographique localisé, il n’a pas été attribué par l’homme de façon arbitraire, mais dans un souci de description du paysage et d’évocation des activités que les habitants y exerçaient. (Pégorier, 2006 : 2)

Quelques décennies plus tard, les débats contemporains sur la toponymie et les 60 000 noms de communes et localités et les 2 millions de lieu-dits que compte la France (Commission Nationale de Toponymie, 2017) semblent se cristalliser dans les divergences et recompositions entre une conception historique figée de cet héritage considéré comme un « patrimoine », une conception « vivante » envisageant ses reconfigurations, et une conception en faisant un élément de projets politiques de revitalisation linguistique et d’affirmation culturelle.

Le nom de lieu est marqué par une double fonction et ne s’accomplit vraiment que dans cette dualité : nom propre, il désigne et établit une identité, mais il a aussi pour particularité courante de définir ou décrire les caractéristiques écologiques et socio-spatiales perçues en un lieu par les personnes qui l’habitent ou le parcourent.

Les approches géographiques du lien entre espace et identité ont révélé plusieurs des façons dont les noms créent le paysage (Seddon, 1997), affirment l’exercice d’un pouvoir sur le territoire et créent un « attachement toponymique », selon la formule de Laura Kostanski (Kostanski, 2009). De façon plus générale, et jusque face aux hégémonies, conflits et tensions territoriales contemporaines, la dimension politique et éventuellement la violence de ces processus ont bien été identifiées et expliquées (Horsman, 2006 ; Radding et Western, 2010 ; Giraut et al., 2008, 2012), mais plusieurs aspects importants restent à explorer, en particulier l’analyse du fonctionnement des phénomènes sociolinguistiques à l’œuvre dans l’appropriation et la construction de l’espace par les noms.

Les toponymes, notamment les oronymes (noms de montagnes), hydronymes (noms de cours d’eau) ou odonymes (noms de routes et voies) sont un enjeu extrêmement familier des géographes, tout comme du grand public, mais ils ne font l’objet d’études systématiques que

de façon ponctuelle et, souvent, marginale, tout en étant plus profondément traités mais sous d’autres angles et par d’autres disciplines, en particulier la linguistique, l’histoire et l’archéologie (Golaski, 1963, 1967). Il n’existe pas à ce jour d’étude géographique des processus de construction toponymique fondée sur une prise en compte fine de ce qui se joue dans le langage lui-même. Cette lacune dans ce champ pourtant ancien et toujours dynamique, notamment en France (voir Dauzat, 1960 ; Giraut, Guyot et Houssay-Holzschuch, 2008, 2012), est peut-être révélatrice de la part extrêmement ténue des raisonnements et méthodes linguistiques en géographie. Une approche nourrie notamment par une plus grande complémentarité avec les travaux de « géographie linguistique » développés dans le champ disciplinaire de la linguistique pourrait contribuer à remédier à la rareté des travaux sur la spatialité des langues chez les géographes (Withers, 1984, 2017).

Le travail sur les toponymes de montagne développé par la linguiste grenobloise Samia Ounoughi donne par exemple quelques clefs particulièrement stimulantes de lecture linguistique des productions toponymiques nées de l’exploration géographique au XIXème siècle (Ounoughi, 2018). Se penchant sur des noms de lieux des Alpes dans le contexte des voyages d’alpinistes britanniques effectuant alors des courses en haute montagne, elle définit les modalités de la phase de « toponymation », c’est-à-dire « le processus performatif de nomination d’un lieu », s’inscrivant parfois dans une concurrence entre acteurs, et plus généralement la « topogenèse », incluant également la progressive définition d’un consensus toponymique (Ounoughi, 2018 : 9).

Si l’on peut percevoir dans les processus de toponymation la complexité de la dimension collective et négociée de l’écriture géographique, le contexte scientifique décrit plus haut invite à la prudence, car s’il ne fait pas de doute que les toponymes reflètent aujourd’hui non seulement les modes de vie mais aussi « l’imaginaire social de la montagne » (Bozonnet, 1992) et certaines de ses reconfigurations socio-économiques contemporaines comme sa mise en tourisme (Debarbieux & Gumuchian, 1987), les excès de l’utilisation parascientifique des toponymes comme témoignages historiques ou écologiques sont bien connus : les noms de lieux ne sont jamais des preuves et toujours des indices. Cela est particulièrement sensible dans le cadre de l’étude des toponymes comme témoignages biogéographiques, comme l’ont par exemple montré en France des travaux sur le couvert forestier (Tarze, Tamine, Mustière, Badeau, Dupouey, 2015).

Le présent projet vise donc d’abord à étudier ces noms comme représentations et comme imaginaires socio-écologiques pour mieux comprendre les mutations de ces territoires. La recherche contemporaine sur les services écosystémiques constitue un cadre d’analyse particulièrement stimulant qui pourra aider à mieux saisir les relations entre les socio-écosystèmes des territoires étudiés et leurs représentations (voir notamment Lamarque, Quétier, Lavorel, 2011). L’enquête double qui sera menée dans le cadre de ce projet, dont la démarche est résolument ancrée dans la géographie humaine, devra donc aussi tirer profit de ces approches scientifiques pour appréhender finement les représentations des dynamiques transitionnelles à l’œuvre dans les territoires étudiés.

3 Démarche de recherche et méthodes

Le programme de recherche prévoit d’étudier des communes de montagne des Alpes françaises en suivant une approche duale composée de deux approches méthodologiques éprouvées en géographie humaine : 

– une analyse d’un corpus toponymique tiré de la cartographie et de la signalétique

– une enquête qualitative composée d’entretiens et parcours commentés 

Il semble préférable que les communes choisies dans une visée comparative soient peu nombreuses (trois ou quatre maximum) pour permettre la réalisation de ce programme de recherche de façon réaliste en moins d’un an et correspondent à des territoires marqués par un habitat permanent et des activités diversifiées. Le choix de se concentrer sur des espaces ruraux de moyenne montagne en découle directement, ainsi que celui de choisir des communes situées dans les trois massifs environnant la métropole grenobloise.

Trois communes semblent particulièrement adaptées à la mise en œuvre de cette enquête par leur situation, leur taille, la diversité de caractéristiques écologiques et de leurs activités socio-économiques.

3.1 Analyse cartographique et toponymie historique

L’étude s’appuiera sur la constitution pour chaque commune d’un corpus toponymique. Les noms de lieux collectés seront classés en fonction de leur étymologie et dialectologie, de leurs périodes d’établissement et/ou d’évolution, ainsi que par leur rattachement thématique à des caractéristiques environnementales, paysagères ou socio-économiques.

Les toponymes seront tirés des bases de données cartographiques de l’IGN en libre accès comprenant la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d’état-major (1820-1866), et sur des cartes et images contemporaines (des années 1950 à 2010), ainsi que sur les archives cadastrales des trois communes (représentant trois à cinq jours de travail d’archive au total) ainsi que sur les archives départementales  de l’Isère et de la Drôme (un jour de travail à Saint Martin d’Hères et une demi-journée de travail à Valence).

Les corpus toponymiques seront augmentés par les observations et collectes réalisées sur le terrain et renforcés ensuite par les informations additionnelles fournies par les habitants et institutions locales. Dans un dernier temps, les toponymes classés dans le corpus seront intégrés à un Système d’Information Géographique permettant d’en visualiser la diversité thématique, dialectale et historique, et dont les données seront mises en accès libre via la plateforme Huma-Num. 

Les trois corpus toponymiques seront également mis à profit dans le cadre de la deuxième composante du programme de recherche. 

Indications touristiques de randonnée pédestre à Saint-Christophe-en-Oisans (Hameau de Lanchâtra)

3.2 Enquête de terrain

Le projet sera fondé sur une enquête de terrain répartie également dans les trois communes choisies, pour un total d’environ vingt jours de présence dans chaque commune.

Chacune des communes choisies devra être contactée en amont pour définir un calendrier d’enquête marqué initialement pour chaque localité par une réunion d’information et de prise de contact (par exemple dans une mairie), par une phase d’échanges in-situ, puis une phase d’entretiens.

Le travail d’enquête qualitative lui-même sera composé d’abord d’une phase d’échanges in-situ prenant la forme de parcours commentés avec des habitants des communes, issus des bourgs ou résidant dans des zones d’habitat dispersé. Les enquêtés seront recrutés lors des réunions d’information puis par échanges informels. Les parcours commentés feront l’objet de prise de notes et pourront être agrémentés de croquis réalisés par les enquêtés eux-mêmes et d’éléments de « cartographies sensibles » mais sans recourir à l’enregistrement et à des grilles d’entretien. Il sera souhaitable de réaliser de cinq à dix parcours commentés par commune. Ces parcours commentés serviront avant tout à guider la suite de l’enquête.

L’enquête sera prolongé dans un second temps par une phase d’entretiens qualitatifs semi-directifs auprès d’une quinzaine de personnes par commune. Un guide d’entretien sera élaboré à cet effet, et le corpus toponymique précédemment constitué sera accessible aux enquêtés et à l’enquêteur lors de l’entretien via l’ordinateur de l’enquêteur, ainsi que des documents cartographiques pouvant servir de support à la discussion. Les entretiens seront enregistrés et traités pour constituer le corpus ethnographique principal.

Le travail de terrain sera conclu à la fin du programme de recherche dans chaque commune par une réunion de restitution et de débat (par exemple dans une salle culturelle ou une bibliothèque) en lien avec les collectivités locales ou des associations de valorisation ou de protection des espaces et du patrimoine local.  

Éléments bibliographiques

Alderman, Derek. Place, naming, and the interpretation of cutural landscapes. In: Graham, B.; Howard, P. (eds.). The Ashgate Research Companion to Heritage and Identity. Aldershot: Ashgate, 2008, p.195-213.

Basso, Keith. Wisdom Sits in places: Landscape and language among the Western Apache, Albuquerque, NM: University of New Mexico Press, 1996.

Boillat, Sébastien; Serrano, Elvira; Rist, Stephan; Berkes, Fikret.  The Importance of Place Names in the Search for Ecosystem-Like Concepts in Indigenous Societies: An Example from the Bolivian Andes. Environmental Management, v. 51, 2013, p. 663-678.

Bozonnet, Jean-Paul. Des monts et des mythes, l’imaginaire social de la montagne. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, 1992

Burenhult, Niclas (ed.). Language and Landscape: Geographical Ontology in Cross-linguistic Perspective (special issue). Language Sciences, v. 30, n. 2, 2008.

Collignon, Béatrice. Les toponymes inuit, mémoire du territoire : étude de l’Histoire des Inuinnait. Anthropologie et Sociétés, v. 26, 2002, p. 45-69.

Commission Nationale de Toponymie, « Le patrimoine toponymique. Les noms de lieu : un patrimoine vivant », 2017, [en ligne] : http://cnig.gouv.fr/wp-content/uploads/2017/10/CNT-PCI-patrimoine-toponymique1.pdf (consulté le 06/10/2021)

Dauzat, Albert. La toponymie française. Paris : Payot, 1960.

Debarbieux, Bernard, Gumuchian, Hervé. Représentations spatiales et dénominations des territoires : l’inscription toponymique des aménagements touristiques récents dans les Alpes du Nord (Savoie). Revue de géographie alpine, 75, 2, 1987, p.171-182.

Douglas, Bronwen. Naming places: voyagers, toponyms and local presence in the fifth part of the world, 1500-1700. Journal of Historical Geography, v. 45, 2014, p. 12-24

Geertz, Clifford. Local Knowledge. New York: Basic Books, 1983.

Giraut, Frédéric; Houssay-Holzschuch Myriam; Guyot, Sylvain. The production of toponymy in contexts: interpreting the maps of critical toponymies and neotoponymies. In 5th Trends in Toponymy conference, Bern, 2012.

Gołaski, Janusz. Problèmes théoriques de toponymie cartographique des cartes à grande échelle (1 :5000-1 :25000). Essai de systematization. In: Blok, D. P. (ed.). Proceedings of the Eighth International Congress of Onomastic Sciences. International Congress of Onomastic Sciences. Berlin: De Gruyter Mouton, 1963, p. 196-200.

Horsman, Stuart. The politics of toponyms in the Pamir mountains. Area, v. 38, n. 3, 2006, p. 279-291.

Kostanski, Laura. «What’s in a Name? »: Place and Toponymic Attachment, Identity and Dependence. A Case Study of the Grampians (Gariwerd) National Park Name Restoration Process, PhD Thesis, University of Ballarat (Australia), 2009.

Mark, David M.; Turk, Andrew G. Landscape Categories in Yindjibarndi: Ontology, Environment, and Language. Spatial Information Theory. Foundations of Geographic Information Science, v. 2825, 2003, p. 28-45.

Ounoughi, Samia. Les voyageurs britanniques et la pensée géographique sur les Alpes: analyse linguistique en contexte de la topogénèse à la toponymation. Revue de Géographie Historique, 17, 2020

Pégorier, André. Les Noms de lieux en France. Glossaire de termes dialectaux, 3ème édition revue et complétée par Sylvie Lejeune et Élisabeth Calvarin, Paris : IGN/Commission de toponymie, 2006 (mise à jour de André Pégorier, Glossaire des termes dialectaux permettant de trouver le sens d’un grand nombre de toponymes de la nouvelle carte de France au 1: 25000, Paris : Institut géographique national, 1963)

Quétier, Fabien, Florian Rivoal, Pascal Marty, Jacqueline de Chazal, Wilfried Thuiller, Sandra Lavorel. Social representations of an alpine grassland landscape and socio-political discourses on rural development ». Regional Environmental Change, 10, 2010, p.119-130

Radding, Lisa; Western, John. What’s in a name? Linguistics, geography and toponyms. Geographical Review, v. 100, 2010, p.394-412.

Recordon, J., « Le problème toponymique dans la cartographie technique française (aperçu historique) », Onomastica. Revue Internationale de Toponymie et d’Anthroponymie, 3-4, 1947, pp.309-321

Tamine, Michel, Dimitri Tarze, Sébastien Mustière, Vincent Badeau, Jean-Luc Dupouey. Changement climatique et toponymie. Étude de la répartition ancienne du hêtre à travers ses traces toponymiques. Revue Internationale de Geomatique, 25, 2, 2015, p.229-244

Tuan, Yi-Fu. Language and the making of place: a narrative-descriptive approach. Annals of the American Association of Geographers, v. 81, n. 4, 1991, p.684-690.”

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search