The names and meanings of Everest – an old project, a new fellowship, and a fascinating database

May 29th has recently been celebrated as “Everest day”, celebrating the ascent of the World’s highest mountain by Edmund Hillary and Tenzing Norgay on this day in 1953. Everest has long been a symbol of many things, including the Himalayas and Nepal, endurance and courage, mountaineering itself, but also imperialism and the excesses of mountain tourism. The peak’s most common name testifies of the enduring legacy of colonial exploration, surveying, and administration since it was surveyed in the mid-19th century, as well as of more contemporary dynamics of reappropriation and empowerment. As my work on place-naming processes in the Alps, Turkey and Central Asia led me to question the use of ‘exonyms’ and specifically of personal names to name peaks and passes across the globe, I grew more and more interested in the quintessentially imperial toponym that is Everest and took the opportunity of collaborating with colleagues who had already started a research project on Everest, its cultural legacies and future perspectives.

Other Everests is a wonderful project led by Jonathan Westaway and I feel privileged and honoured to be able to take part to this alongside scholars whose work I have been reading and admiring for a while now, notably Peter Hansen whose The Summits of Modern Man. Mountaineering after the Enlightenment is one of my favourite books on the history of mountaineering.

My paper in the Other Everests book will be a synthesis on debates that have been surrounding the place-name Everest since the 19th century and its use by official institutions geographers and cartographers, mountaineers and other stakeholders, from Nepal and the Khumbu region to the global mountaineering industry.

It will mostly be based on archival documents, notably from the Royal Geographical Society archive, which I am now able to access digitally thanks to a six-month RGS-IBG-Wiley fellowship that was granted to me a couple months ago. I am very pleased with the material and grateful despite my unsatisfaction at the commodification of such archival documents. Sadly, I will only be able to browse through the RGS’s immense breadth of material on Everest and the Trigonometrical Survey of India until August 31st, as my university is not willing to pay the thousands of €€€€ the company is charging research and teaching institutions to let them access the database. While that is problematic, I try to make the most of the deal, and will do my best to submit an interesting manuscript to the publishers later this summer  

Here are my chapter title and abstract:

‘Past and Future Names of Mount Everest: Mountain Cartography and the Languages of Exonymy.’

This contribution based on fieldwork in the archives of geographical and mountaineering societies in London, Berlin, Paris and Grenoble looks at some of the scientific and diplomatic debates raised by the existence of Mount Everest as a place name, and examines key arguments put forward to defend or criticize its use from its suggestion by the surveyor general of India Andrew Waugh at the Royal Geographical Society in 1858 to current discussions on the enduring presence of mountain exonyms in post-colonial societies.

Throughout the 19th and 20th centuries, the initial controversy between Waugh and Brian Hodgson, a naturalist and keen linguist who was then British resident at Kathmandu, was echoed by extensive commentaries on the use of non-local names in mountain toponymy and cartography. Those debates notably show that before the name of the peak became a symbol of European onomastic imperialism, it is first and foremost the commemorative use of a personal name that was considered a case of failed geographical nomenclature that would certainly soon be replaced by a better name.

Then why has this name not been supplanted by a more fitting toponym yet? Will it ever be? I propose to use critical geography and pragmatics to formulate three hypotheses on the future of ‘Mount Everest’ based on two other case studies in the French Alps and Tajikistan as well as new theoretical perspectives on naming and name change.

Excerpts from a few of the articles that were published on the topic over the years:

[Évènement] : “Évolution de l’occupation humaine de la montagne”, un apéro scientifique à Saint-Christophe-en-Oisans

Le 24 mai 2023 à La Cordée (à La Ville), à 18h

Le Plan du Lac hier et aujourd’hui (photographie contemporaine par F. de Montety en mai 2023, photographie ancienne dont l’auteur présumé serait le médecin photographe Henri Bussillet (1882-1968), célèbre pour son travail dans l’Oisans au début du XXème siècle)

Je participerai mercredi 24 mai 2023 à un “apéro-science” organisé par le Parc national des Écrins dans le cadre du festival “Écrins, terre de science” destiné à célébrer de façon conviviale et curieuse ses 50 ans. Les participantes auxquelles on m’a invité à me joindre sont Coralie Mounet et Séverine Durand, également du laboratoire Pacte, dont vous pouvez consulter ici le travail passionnant sur les “Connaissances et expériences ordinaires des dérèglements climatiques”.

Nous parlerons de nos recherches autour de l’enjeu commun que constitue l’évolution de l’occupation et des usages humains de la montagne et des savoirs auxquels ils donnent lieu. Il s’agira aussi de discuter avec le public présent et de bénéficier de son regard sur ces grands thèmes qui nous intéressent : changement climatique, transitions, évolution des enjeux démographiques, économiques, touristiques, pastoraux, paysagers. Ce sera sans aucun doute riche en perspectives, arguments et anecdotes, et nous aurons le plaisir d’être à La Cordée, lieu que j’apprécie particulièrement pour son cadre exceptionnel et pour l’accueil toujours à la fois convivial et érudit qu’y offre Marie-Claude Turc à ses hôtes.

Peut-être cela sera-t-il aussi l’occasion de discuter avec les habitants de Saint-Christophe de l’enquête toponymique participative que je mène cette année sur le territoire de leur commune, et de mettre en lumière le travail du parc dans ce territoire très singulier marqué par de fortes contraintes topographiques et climatiques, mais aussi par un maintien protégé des écosystèmes et des modes de vie montagnards.

Vous trouverez ci-dessous et ici des informations supplémentaires :

“Au fil du temps, les habitants temporaires ou permanents de la montagne se la sont appropriée de diverses manières. En développant des habitats, des toponymies et des activités particulières, ces lieux sont aujourd’hui les gardiens d’une mémoire. Les pratiques professionnelles, récréatives ou habitantes, évoluent, de même que l’environnement qui les entoure et qui pousse vers une adaptation face aux changements “récents” du milieu.”

Infos pratiques

Lieu du RDV : La Cordée, Saint Christophe en Oisans

Heure du RDV : 18h00

Contacts

Maison du Parc de l’Oisans (04 76 80 00 51)
Site internet : www.ecrins-parcnational.fr

Skis au dos, des approches de plus en plus longues au printemps ? Retour à la Bérarde depuis le Vallon de Bonne Pierre (Photographie F. de Montety, mai 2023)

Les toponymes valaisans en transitions

Sur une nouvelle recherche diachronique et collaborative

La carte Siegfried 1878, sa descendante contemporaine chez Swiss Topo, quelques livres et outils : le projet est lancé

J’ai appris récemment avec grand plaisir qu’une proposition de recherche que j’avais soumise à un appel à projet passionnant publié par le service culturel du Canton du Valais et le Centre interdisciplinaire de recherche sur la montagne (CIRM) de l’Université de Lausanne a été choisie par ces institutions. Je serai donc bien soutenu pour mener ce projet à son terme dans les mois à venir, en combinant des recherches d’archives et des observations de terrain, dans la perspective à la fois historique et ethnographique que j’essaye désormais de mettre en place dans la plupart de mes projets, entre vieux papiers et grands espaces.

Ce nouveau projet constitue un prolongement de mon travail effectué dans les Alpes françaises sous l’égide du Labex ITTEM, qui me permet déjà de varier les angles et les échelles d’analyse, mais dont la continuation en Valais sera l’occasion d’expérimenter de nouvelles choses. C’est en outre un projet qui revêt aussi une certaine importance à titre personnel, ayant des origines familiales en Suisse avec un aïeul émigré en France qui exerça le métier de traducteur, lequel a aussi été le mien avant que je puisse me consacrer entièrement à la recherche en géographie une fois ma thèse terminée ! J’ai donc un grand plaisir à effectuer des recherches sur ces toponymies valaisannes, avec toute la richesse qu’implique l’inscription de ces régimes de nominations locaux dans le bilinguisme officiel français-allemand et dans la grande musicalité des patois romands (dits franco-provençaux ou arpitans).

J’ai débuté ce travail en décembre 2022 et ai déjà eu la chance de pouvoir échanger avec des collègues de Suisse et d’ailleurs, tout en réunissant un corpus d’ouvrages, articles, cartes, archives, enregistrements et éléments lexicaux qui nourriront le projet. Les toponymes suisses romands sont un objet d’étude extrêmement riche qui est étudié avec méthode et érudition depuis bien longtemps, tant et si bien que si je pense bien sûr pouvoir faire émerger quelques matériaux et éléments d’analyse nouveaux par mon enquête à Sion et Évolène, ma démarche vise d’abord à assimiler cette histoire intellectuelle et tâcher de participer de mon mieux à son dynamisme contemporain, en lien avec les projets scientifiques formidables que sont le célèbre Glossaire des patois de la Suisse romande, ou encore le plus récent Atlas Toponymique du Canton de Vaud porté par Michiel de Vaan.

Des mots “chers aux coeurs humains”

En 1929, le linguiste vaudois Jules Guex (1871-1848) publiait la première partie de ses recherches toponymiques sur le Valais, dans laquelle il se concentrait sur le Val d’Hérens avant d’en faire de même avec le Val de Bagnes l’année suivante, annonçant ce que serait en 1946 son grand œuvre portant le titre énigmatique de La Montagne et ses Noms. Dans cette première étude d’envergure, il jouait même l’absurde pour interpeller sur le rôle de la toponymie dans la vie des montagnes :

« Essayez d’imaginer ce que serait une vallée alpestre où ni villages, ni torrents, ni sommets ne porteraient un nom. Vous oseriez à peine y pénétrer et vous vous empresseriez d’ en sortir, tant les choses vous paraîtraient hostiles, sournoises, inquiétantes. Supposez encore (ce qu’ à Dieu ne plaise !) qu’ à la suite d’une invasion soviétique, Hérémence vienne à s’appeler Trotzkyopol, ou enfin qu’une réforme à l’ américaine remplace les noms de lieux par des numéros comme ceux des automobiles: le Monte Rosa deviendrait le CH — 1545 U 7… Tout cela nous démontre, per absurdum, combien les noms des lieux, comme ceux des personnes, sont chers aux cœurs humains, et les poètes seuls pourraient dire les images et les sentiments qu’ ils font naître en nous. »[1]

Dix-sept ans plus tard, Guex pressentait déjà peut-être que la valeur de ces noms résidait aussi dans la disparition progressive d’un monde et de sa langue : du fait qu’il étaient « archaïques », et voués à avoir un temps de retard sur les mutations déjà en cours, ils pouvaient aussi être des traces subsistant malgré tout :

« Si le vocabulaire d’Evolène et des Haudères voit se faufiler en lui un nombre sans cesse croissant d’emprunts au français, il nous reste ces vocables conservateurs et archaïques que sont, si souvent, les noms de lieux. C’est d’eux que nous nous entretiendrons, de ceux qu’on peut lire, parfois estropiés, sur les cartes topographiques, de ceux aussi qui n’existent, pour la plupart, que sous la forme orale. Ils sont nombreux ces lieux-dits, noms de parcelles, de granges, de mayens, de forêts et de pacages. »[2]

Qu’en est-il trois quarts de siècle plus tard, alors que nous prenons la pleine mesure des transitions socio-environnementales à l’œuvre dans les montagnes, et que l’oubli semble promis aux glaciers comme aux patois ? Ce projet soutient l’hypothèse que tenir compte des changements dans les formes de désignation des lieux et paysages alpins du Valais est plus que jamais fondamental pour en saisir les dynamiques humaines contemporaines, en même temps que les mutations environnementales, économiques et sociales que l’on peut étudier à toutes les échelles dans des montagnes, et même dans l’imbrication fine de ces transitions. 

Noms de granges dans des fonds de vallée submergés par les eaux de barrages, de hameaux d’estive depuis longtemps désertés, de stations de ski privées de neige dix mois par an, de sommets baptisés à l’ère des conquêtes, débaptisés puis rebaptisés : les microfrictions entre les formes du langage et celles du réel qu’on lui donne pour rôle de désigner nous rappellent que la montagne se donne souvent à nommer par des usages qui sont voués à changer. Celle-ci résonne aussi souvent des échos lointains de langues dites « rares », « minoritaires » ou, pire « régionales », auxquelles les idiomes officiels ne laissent parfois plus que la portion congrue de la vie sociale, sinon le seul registre de la mémoire et de la vie familiale.

Le travail de recherche que j’ai réalisé ces dernières années m’a conduit à penser que les sociétés montagnardes sont, peut-être plus encore que les autres, très sensibles aux réinventions et réappropriations toponymiques qui jalonnent leur histoire. Peut-être sont-elles aussi particulièrement réceptives aux initiatives de réflexion et d’action collective qui pourraient évoquer la solidarité des veillées et tâches communes qui permettaient autrefois aux communautés isolées de survivre à l’hiver et à la rudesse du mode de vie d’altitude. L’enquête que je mène vise à rendre compte de l’importance des toponymes dans le patrimoine culturel du Valais et à mieux comprendre leur rôle dans l’expression individuelle et collective de l’attachement aux lieux chez les habitants des montagnes valaisannes.

Fonds documentaire et terrains

Mes recherches préliminaires sur l’histoire des études toponymiques portant sur le Valais m’ont surtout permis jusqu’alors de dresser une bibliographie, encore bien trop lacunaire au regard du volume des travaux parus sur le sujet depuis les années 1870, dont une grande partie reste difficile d’accès. Les ouvrages et revues scientifiques conservés par la Médiathèque Valais, en particulier à Sion et Martigny, seront la base d’un état de l’art, historique et contemporain, qui servira à donner un aperçu des débats et positions des savants suisses autour de la question toponymique tout au long du XIXème et du XXème siècle. C’est une période lors de laquelle on peut noter le dynamisme des débats sur la « véritable orthographe » de noms de lieux qui viennent majoritairement du patois, c’est à dire des divers parlers romands appartenant à la langue dite francoprovençale ou arpitane, partagée notamment avec les Alpes françaises du Nord et le val d’Aoste.

L’enjeu de la collecte documentaire réalisée grâce aux ressources de la Médiathèque Valais sera alors d’examiner cote à cote les publications d’Henri Jaccard (1849-1922), Ludwig E. Iselin (1861-1922), Jules Guex (1871-1948), et Paul Aebischer (1897-1977), entre autres, et différentes versions de coupures de la carte de la Suisse, des travaux menés sous la houlette de Guillaume Henri Dufour aux dernières productions de Swisstopo, pour esquisser une chronologie fine des recherches savantes, des levés et des synthèses topographiques qui établissent « le nom correct », par exemple en en cherchant l’origine, parfois en le francisant, ou même en le retraduisant. Ce débat, qui naît dès la préparation de la carte Dufour, est fondamental, et caractéristique des frustrations des philologues et autres érudits valaisans face aux problèmes insurmontables auxquels sont confrontés les cartographes. Dufour lui-même en était bien conscient, qui notait dès 1846 :

« on évitera, autant que possible, les fausses dénominations, mais on ne les évitera jamais entièrement; parce que si l’on se tient au langage du pays, non-seulement les puristes le trouveront impropre, mais il ne satisfera pas toujours les habitants eux-mêmes, attendu qu’il arrive souvent comme il a été dit, que d’une vallée à l’autre, le même point reçoit des noms différents. »[3]

Pour décider malgré le caractère insurmontable du choix à faire, on pouvait néanmoins le faire valider par les autorités :

« En ce qui concerne les feuilles qui sont levées par les Ingénieurs à la solde de la Confédération, il ne se bornera pas à faire ce qu’il a fait jusqu’à présent, c’est-à-dire à consulter les auteurs statistiques et les personnes les plus versées dans la connaissance des lieux, pour savoir les véritables dénominations, qui, pour le dire en passant, offrent une immense difficulté par la diversité des jargons suisses, au point qu’une mème sommité vue de deux vallées opposées, porte quelquefois des noms entièrement différents ; il enverra, ainsi que l’a proposé l’honorable Député des Grisons, les premières épreuves des feuilles aux États dont le territoire s’y trouve compris. »[4]

Comment les autorités cantonales ont-elles géré ce choix en Valais ? Par quelles institutions et en recourant à quelles compétences ont-elles pu trouver une solution savante et politiquement acceptable à ce problème ? Sans savoir encore si je parviendrai à obtenir des réponses tout à fait satisfaisantes à ces questions, je pense que les recherches d’archives pourraient permettre d’y répondre au moins partiellement.


Le nom de lieu comme processus et comme représentation

L’étude des noms de lieux est un domaine de recherche pluridisciplinaire paradoxal, à la fois bien connu du grand public et aux contours mal circonscrits dans le champ scientifique. Si la définition de la toponymie comme processus de construction des savoirs reste délicate, c’est sans doute parce que l’on sait bien que ce n’est pas qu’une « science du nom », mais que l’incertitude subsiste quant aux approches et méthodes à lui appliquer pour en prendre compte les multiples dimensions. La toponymie n’est pas qu’une science du nom parce que les formes de ces noms peuvent être trompeuses, parce qu’ils sont construits, utilisés et transformés dans des situations qui transgressent les catégories morphologiques qu’on leur assigne, et que leur étude en tant que représentations mouvantes requiert aussi d’envisager l’analyse philologique en s’intéressant finement au contexte de leur occurrence.

Dans les Alpes, notamment, en France, en Suisse, en Allemagne et en Italie, les études toponymiques présentent une grande variété disciplinaire, méthodologique et scalaire, tout en montrant les signes souvent tout à fait bienvenus d’une porosité entre les réseaux scientifiques, les réseaux non-scientifiques d’érudition locale et les acteurs publics. Sous les effets d’approches volontiers collaboratives ou participatives, on voit émerger des initiatives par lesquels les toponymes sont pensés et considérés comme une part significative du patrimoine culturel d’une commune, d’une région, voire du mode de vie montagnard plus généralement. Les échanges et rencontres locales contribuent à reféconder la recherche scientifique, et l’aider à quitter la posture stérile qui a consisté longtemps pour les « vrais » savants à rejeter les excès, d’ailleurs bien connus et correctibles, d’une toponymie régionaliste et populaire dont l’érudition manquait parfois de rigueur formelle.

Ces excès ou imprécisions, comme ceux des études généalogiques, sont aussi des indications de représentations et narrations dont l’examen lui-même présente un grand intérêt. Dans une perspective géographique, anthropologique ou sociolinguistique, la finalité de la toponymie ne peut plus être la recherche du sens caché des noms, mais le dévoilement des transformations socio-spatiales dont les lieux qu’ils désignent font l’expérience. Ce sens transitionnel du nom de lieu, ce n’est donc jamais seulement la traduction du mot au regard de sa situation géographique mais plutôt l’ensemble de l’histoire des processus par lesquels il se présente à qui l’utilise ou l’observe. Je me rendrai bientôt en Suisse sur les traces de cette histoire, dont je ne manquerai pas de raconter les soubresauts et présenter ici quelques traces contemporaines. À suivre…


[1] Jules Guex, « Esquisse toponymique du Val d’ Hérens », Les Alpes, 1929, p.267-268

[2] Jules Guex, La montagne et ses noms. Etudes de toponymie alpine, Lausanne : Librairie F. Rouge, 1946, p.122

[3] Guillaume Henri Dufour, Rapport du Colonel Quartier-Maître général au Conseil fédéral de la guerre, en réponse aux observations critiques touchant la confection de l’atlas suisse renvoyées à l’examen du Conseil fédéral de la guerre par arrêté de la Diète du 9 Juillet 1846, Genève, 1846, pp.1-2

[4] Guillaume Henri Dufour, Rapport du Colonel Quartier-Maître général au Conseil fédéral de la guerre, en réponse aux observations critiques touchant la confection de l’atlas suisse renvoyées à l’examen du Conseil fédéral de la guerre par arrêté de la Diète du 9 Juillet 1846, Genève, 1846, pp.1-2

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search