Anthropological and ethnographic photography in Russian Turkestan [NEW PUBLICATION]

Charles-Eugène Ujfalvy, “Kirghise”, 1881, Bibliothèque nationale de France/Société de Géographie

I spent the better part of 2016 and 2017 at the Bibliothèque nationale de France, where I had the chance to benefit from a Mark-Pigott fellowship to study lesser known series of photographs taken in Central Asia and presented at the French Geographical Society by European travellers during the late 19th century.

Within this very extensive body of visual material taking the form of thousands of lantern slides which I explored under the supervision of the Geographical Society Archive‘s head keeper and photography specialist Olivier Loiseaux, I chose to focus on the work of the Hungarian-French philologist and ethnographer Charles-Eugene Ujfalvy (1842-1904).

I was eventually invited by Svetlana Gorshenina and Sergei Abashin to present the results of my research at a conference organised at the European University in Saint Petersburg (Russia) in May 2019. It proved a wonderful experience, and even lead to my participation to a book edited by Svetlana Gorshenina, Sergei Abashin, Bruno De Cordier and Tatiana Saburova. Titled Photographing Central Asia. From the Periphery of the Russian Empire to Global Presence, the book is a wonderful addition to existing works on visual anthropology in the 19th century and I couldn’t stress how honoured I felt to be invited to publish a chapter alongside Central Asian, Russian and European scholars whose work I had long been reading and admiring.

My chapter is titled : “Picturing the Other, mapping the Self: Charles-Eugène de Ujfalvy’s anthropological and ethnographic photography in Russian Turkestan (1876–1881)”. It combines my earlier research on the European ethnographic and linguistic exploration of Central Asia with a contextualised analysis of the aforementioned material. Drawing upon earlier work by the likes of Svetlana Gorshenina and Marie-Laure Aurenche, among others, it suggests that Ujfalvy’s visual representation of identities attempted to bridge the gap between various anthropological traditions with a nostalgic yet definitely pro-colonial awareness of the changing landscape of Central Asian societies under Russian rule.

The full book including that chapter (pp.39-62) can be downloaded for free here

Photographing Central Asia

Svetlana Gorshenina, Sergei Abashin, Bruno De Cordier and Tatiana Saburova eds., Photographing Central Asia. From the Periphery of the Russian Empire to Global Presence, Berlin : De Gruyter, 2022

Charles-Eugène Ujfalvy, “Intérieur Kirghis”, 1881, Bibliothèque nationale de France/Société de Géographie

Un retour à Grenoble : Stendhal 1837

« Midi sonnait, le soleil était dans toute son ardeur, le silence universel n’était troublé que par le cri de quelques cigales ; c’était le vers de Virgile dans toute sa vérité :

Sole sub ardenti resonant arbusta cicadis.

Une brise légère agitait l’herbe assez longue du glacis qui faisait le premier plan. Au delà, les délicieux coteaux d’Échiroles, d’Eybens, de Saint-Martin-de-Gières, couverts par leurs châtaigniers si frais, déployaient leurs ombres paisibles. Au-dessus, à une hauteur étonnante, le mont Taillefer faisait contraste à la chaleur ardente par sa neige éternelle, et donnait de la profondeur à la sensation.

Vis-à-vis, adroite, la montagne du Villars-de-Lans. (Peut-être que je brouille un peu tous ces noms, mais peu importe, ceci n’est pas un livre d’exactitude, la chose que je conseille de voir existe.) Un tel moment mérite seul un long voyage. »

Stendhal, Mémoires d’un Touriste, p.1854 [1838], Paris : Michel Lévy, pp.146-147 (Passage daté du 24 août 1837)

Les toponymes alpins en transitions // A new project on toponyms and socio-environmental mutations in the Alps

Below is a presentation for a project I just started at the Université Grenoble Alpes :

Les toponymes alpins en transition : mutations socio-écologiques et appropriation des noms de lieux en milieu montagnard

Ce projet vise à rendre compte des héritages et des reconfigurations socio-écologiques contemporaines des noms de lieux montagnards dans l’ouest des Alpes.

En combinant une analyse cartographique diachronique fine à une enquête qualitative auprès des habitants d’un échantillon restreint de communes de moyenne montagne, il permettra d’analyser au plus près du terrain les processus onomastiques qui accompagnent les modifications des milieux et des modes de vie. Cette enquête s’intéressera en particulier à la façon dont les populations montagnardes et les usagers de ces territoires s’approprient ou négligent, réinvestissent ou réinventent les toponymes relatifs aux paysages, plantes, animaux et modes de vie hérités tout en étant partie prenante à la transition écologique à l’œuvre aujourd’hui.

  • Mots-clés :

Toponymie ; Transition écologique ; Géographie linguistique ; Socio-écosystèmes montagnards


Signalétique de randonnée pédestre à Saint-Martin d’Uriage, massif de Belledonne (38). Photographie : Valentine Chauvin)

1 Introduction

Le projet postdoctoral proposé vise à rendre compte des héritages et des reconfigurations socio-écologiques contemporaines des noms de lieux montagnards dans l’ouest des Alpes.

En combinant une analyse diachronique d’un corpus toponymique à une enquête qualitative au contact des habitants d’un échantillon restreint de communes de moyenne montagne, il permettra d’analyser au plus près du terrain les processus onomastiques qui accompagnent les modifications des milieux et des modes de vie.

Cette enquête s’intéressera en particulier à la façon dont les populations montagnardes s’approprient ou négligent, réinvestissent ou réinventent les toponymes relatifs aux paysages, plantes, animaux et modes de vie hérités tout en étant partie prenante à la transition écologique à l’œuvre aujourd’hui.


2 Description du sujet de la mission postdoctorale

2.1 Objectifs de l’étude

Cette étude vise à mieux comprendre comment les noms de lieux rendent compte de l’évolution des milieux montagnards en tant qu’espaces vécus. Cette étude d’ampleur contenue est destinée à produire et traiter, en un cycle de moins d’un an, des matériaux empiriques ancrés dans des territoires alpins de l’Isère et de la Drôme. En co-construisant avec les enquêtés un état des lieux des pratiques de nomination des espaces par leurs caractéristiques écologiques et paysagères, leurs fonctions et leur histoire, il s’agira in fine d’identifier le rôle exercé aujourd’hui par les bouleversements environnementaux et les transformations socio-économiques dans la construction socio-spatiale de ces territoires singuliers.   

Ce projet de recherche postule que les toponymes issus de la fréquentation et des usages de la moyenne montagne par ceux qui l’habitent ou la parcourent esquissent sur le temps long une archive socio-écologique dont l’analyse qualitative s’intègre pleinement aux diverses approches scientifiques d’étude de ces espaces de montagne. Il s’inscrit dans un champ de la toponymie critique fondé sur la complémentarité des approches disciplinaires et des outils de recherche, entre géographie politique et écologie, socio-linguistique et dialectologie.

2.2 Contexte scientifique de la recherche 

Dans l’introduction de son Glossaire des termes dialectaux permettant de trouver le sens d’un grand nombre de toponymes de la nouvelle carte de France au 1:25000, le toponymiste et ingénieur de l’IGN André Pégorier déclarait :

La consultation d’un cadastre, d’une carte, d’un guide touristique ou plus simplement d’un panneau indicateur place l’utilisateur en présence de nombreux noms de lieux dont la signification lui échappe, et dont peut-être même ne soupçonne-t-il pas qu’ils puissent en avoir une. Or si un toponyme doit permettre d’identifier très précisément un détail géographique localisé, il n’a pas été attribué par l’homme de façon arbitraire, mais dans un souci de description du paysage et d’évocation des activités que les habitants y exerçaient. (Pégorier, 2006 : 2)

Quelques décennies plus tard, les débats contemporains sur la toponymie et les 60 000 noms de communes et localités et les 2 millions de lieu-dits que compte la France (Commission Nationale de Toponymie, 2017) semblent se cristalliser dans les divergences et recompositions entre une conception historique figée de cet héritage considéré comme un « patrimoine », une conception « vivante » envisageant ses reconfigurations, et une conception en faisant un élément de projets politiques de revitalisation linguistique et d’affirmation culturelle.

Le nom de lieu est marqué par une double fonction et ne s’accomplit vraiment que dans cette dualité : nom propre, il désigne et établit une identité, mais il a aussi pour particularité courante de définir ou décrire les caractéristiques écologiques et socio-spatiales perçues en un lieu par les personnes qui l’habitent ou le parcourent.

Les approches géographiques du lien entre espace et identité ont révélé plusieurs des façons dont les noms créent le paysage (Seddon, 1997), affirment l’exercice d’un pouvoir sur le territoire et créent un « attachement toponymique », selon la formule de Laura Kostanski (Kostanski, 2009). De façon plus générale, et jusque face aux hégémonies, conflits et tensions territoriales contemporaines, la dimension politique et éventuellement la violence de ces processus ont bien été identifiées et expliquées (Horsman, 2006 ; Radding et Western, 2010 ; Giraut et al., 2008, 2012), mais plusieurs aspects importants restent à explorer, en particulier l’analyse du fonctionnement des phénomènes sociolinguistiques à l’œuvre dans l’appropriation et la construction de l’espace par les noms.

Les toponymes, notamment les oronymes (noms de montagnes), hydronymes (noms de cours d’eau) ou odonymes (noms de routes et voies) sont un enjeu extrêmement familier des géographes, tout comme du grand public, mais ils ne font l’objet d’études systématiques que

de façon ponctuelle et, souvent, marginale, tout en étant plus profondément traités mais sous d’autres angles et par d’autres disciplines, en particulier la linguistique, l’histoire et l’archéologie (Golaski, 1963, 1967). Il n’existe pas à ce jour d’étude géographique des processus de construction toponymique fondée sur une prise en compte fine de ce qui se joue dans le langage lui-même. Cette lacune dans ce champ pourtant ancien et toujours dynamique, notamment en France (voir Dauzat, 1960 ; Giraut, Guyot et Houssay-Holzschuch, 2008, 2012), est peut-être révélatrice de la part extrêmement ténue des raisonnements et méthodes linguistiques en géographie. Une approche nourrie notamment par une plus grande complémentarité avec les travaux de « géographie linguistique » développés dans le champ disciplinaire de la linguistique pourrait contribuer à remédier à la rareté des travaux sur la spatialité des langues chez les géographes (Withers, 1984, 2017).

Le travail sur les toponymes de montagne développé par la linguiste grenobloise Samia Ounoughi donne par exemple quelques clefs particulièrement stimulantes de lecture linguistique des productions toponymiques nées de l’exploration géographique au XIXème siècle (Ounoughi, 2018). Se penchant sur des noms de lieux des Alpes dans le contexte des voyages d’alpinistes britanniques effectuant alors des courses en haute montagne, elle définit les modalités de la phase de « toponymation », c’est-à-dire « le processus performatif de nomination d’un lieu », s’inscrivant parfois dans une concurrence entre acteurs, et plus généralement la « topogenèse », incluant également la progressive définition d’un consensus toponymique (Ounoughi, 2018 : 9).

Si l’on peut percevoir dans les processus de toponymation la complexité de la dimension collective et négociée de l’écriture géographique, le contexte scientifique décrit plus haut invite à la prudence, car s’il ne fait pas de doute que les toponymes reflètent aujourd’hui non seulement les modes de vie mais aussi « l’imaginaire social de la montagne » (Bozonnet, 1992) et certaines de ses reconfigurations socio-économiques contemporaines comme sa mise en tourisme (Debarbieux & Gumuchian, 1987), les excès de l’utilisation parascientifique des toponymes comme témoignages historiques ou écologiques sont bien connus : les noms de lieux ne sont jamais des preuves et toujours des indices. Cela est particulièrement sensible dans le cadre de l’étude des toponymes comme témoignages biogéographiques, comme l’ont par exemple montré en France des travaux sur le couvert forestier (Tarze, Tamine, Mustière, Badeau, Dupouey, 2015).

Le présent projet vise donc d’abord à étudier ces noms comme représentations et comme imaginaires socio-écologiques pour mieux comprendre les mutations de ces territoires. La recherche contemporaine sur les services écosystémiques constitue un cadre d’analyse particulièrement stimulant qui pourra aider à mieux saisir les relations entre les socio-écosystèmes des territoires étudiés et leurs représentations (voir notamment Lamarque, Quétier, Lavorel, 2011). L’enquête double qui sera menée dans le cadre de ce projet, dont la démarche est résolument ancrée dans la géographie humaine, devra donc aussi tirer profit de ces approches scientifiques pour appréhender finement les représentations des dynamiques transitionnelles à l’œuvre dans les territoires étudiés.

3 Démarche de recherche et méthodes

Le programme de recherche prévoit d’étudier des communes de montagne des Alpes françaises en suivant une approche duale composée de deux approches méthodologiques éprouvées en géographie humaine : 

– une analyse d’un corpus toponymique tiré de la cartographie et de la signalétique

– une enquête qualitative composée d’entretiens et parcours commentés 

Il semble préférable que les communes choisies dans une visée comparative soient peu nombreuses (trois ou quatre maximum) pour permettre la réalisation de ce programme de recherche de façon réaliste en moins d’un an et correspondent à des territoires marqués par un habitat permanent et des activités diversifiées. Le choix de se concentrer sur des espaces ruraux de moyenne montagne en découle directement, ainsi que celui de choisir des communes situées dans les trois massifs environnant la métropole grenobloise.

Trois communes semblent particulièrement adaptées à la mise en œuvre de cette enquête par leur situation, leur taille, la diversité de caractéristiques écologiques et de leurs activités socio-économiques.

3.1 Analyse cartographique et toponymie historique

L’étude s’appuiera sur la constitution pour chaque commune d’un corpus toponymique. Les noms de lieux collectés seront classés en fonction de leur étymologie et dialectologie, de leurs périodes d’établissement et/ou d’évolution, ainsi que par leur rattachement thématique à des caractéristiques environnementales, paysagères ou socio-économiques.

Les toponymes seront tirés des bases de données cartographiques de l’IGN en libre accès comprenant la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d’état-major (1820-1866), et sur des cartes et images contemporaines (des années 1950 à 2010), ainsi que sur les archives cadastrales des trois communes (représentant trois à cinq jours de travail d’archive au total) ainsi que sur les archives départementales  de l’Isère et de la Drôme (un jour de travail à Saint Martin d’Hères et une demi-journée de travail à Valence).

Les corpus toponymiques seront augmentés par les observations et collectes réalisées sur le terrain et renforcés ensuite par les informations additionnelles fournies par les habitants et institutions locales. Dans un dernier temps, les toponymes classés dans le corpus seront intégrés à un Système d’Information Géographique permettant d’en visualiser la diversité thématique, dialectale et historique, et dont les données seront mises en accès libre via la plateforme Huma-Num. 

Les trois corpus toponymiques seront également mis à profit dans le cadre de la deuxième composante du programme de recherche. 

Indications touristiques de randonnée pédestre à Saint-Christophe-en-Oisans (Hameau de Lanchâtra)

3.2 Enquête de terrain

Le projet sera fondé sur une enquête de terrain répartie également dans les trois communes choisies, pour un total d’environ vingt jours de présence dans chaque commune.

Chacune des communes choisies devra être contactée en amont pour définir un calendrier d’enquête marqué initialement pour chaque localité par une réunion d’information et de prise de contact (par exemple dans une mairie), par une phase d’échanges in-situ, puis une phase d’entretiens.

Le travail d’enquête qualitative lui-même sera composé d’abord d’une phase d’échanges in-situ prenant la forme de parcours commentés avec des habitants des communes, issus des bourgs ou résidant dans des zones d’habitat dispersé. Les enquêtés seront recrutés lors des réunions d’information puis par échanges informels. Les parcours commentés feront l’objet de prise de notes et pourront être agrémentés de croquis réalisés par les enquêtés eux-mêmes et d’éléments de « cartographies sensibles » mais sans recourir à l’enregistrement et à des grilles d’entretien. Il sera souhaitable de réaliser de cinq à dix parcours commentés par commune. Ces parcours commentés serviront avant tout à guider la suite de l’enquête.

L’enquête sera prolongé dans un second temps par une phase d’entretiens qualitatifs semi-directifs auprès d’une quinzaine de personnes par commune. Un guide d’entretien sera élaboré à cet effet, et le corpus toponymique précédemment constitué sera accessible aux enquêtés et à l’enquêteur lors de l’entretien via l’ordinateur de l’enquêteur, ainsi que des documents cartographiques pouvant servir de support à la discussion. Les entretiens seront enregistrés et traités pour constituer le corpus ethnographique principal.

Le travail de terrain sera conclu à la fin du programme de recherche dans chaque commune par une réunion de restitution et de débat (par exemple dans une salle culturelle ou une bibliothèque) en lien avec les collectivités locales ou des associations de valorisation ou de protection des espaces et du patrimoine local.  

Éléments bibliographiques

Alderman, Derek. Place, naming, and the interpretation of cutural landscapes. In: Graham, B.; Howard, P. (eds.). The Ashgate Research Companion to Heritage and Identity. Aldershot: Ashgate, 2008, p.195-213.

Basso, Keith. Wisdom Sits in places: Landscape and language among the Western Apache, Albuquerque, NM: University of New Mexico Press, 1996.

Boillat, Sébastien; Serrano, Elvira; Rist, Stephan; Berkes, Fikret.  The Importance of Place Names in the Search for Ecosystem-Like Concepts in Indigenous Societies: An Example from the Bolivian Andes. Environmental Management, v. 51, 2013, p. 663-678.

Bozonnet, Jean-Paul. Des monts et des mythes, l’imaginaire social de la montagne. Grenoble : Presses Universitaires de Grenoble, 1992

Burenhult, Niclas (ed.). Language and Landscape: Geographical Ontology in Cross-linguistic Perspective (special issue). Language Sciences, v. 30, n. 2, 2008.

Collignon, Béatrice. Les toponymes inuit, mémoire du territoire : étude de l’Histoire des Inuinnait. Anthropologie et Sociétés, v. 26, 2002, p. 45-69.

Commission Nationale de Toponymie, « Le patrimoine toponymique. Les noms de lieu : un patrimoine vivant », 2017, [en ligne] : http://cnig.gouv.fr/wp-content/uploads/2017/10/CNT-PCI-patrimoine-toponymique1.pdf (consulté le 06/10/2021)

Dauzat, Albert. La toponymie française. Paris : Payot, 1960.

Debarbieux, Bernard, Gumuchian, Hervé. Représentations spatiales et dénominations des territoires : l’inscription toponymique des aménagements touristiques récents dans les Alpes du Nord (Savoie). Revue de géographie alpine, 75, 2, 1987, p.171-182.

Douglas, Bronwen. Naming places: voyagers, toponyms and local presence in the fifth part of the world, 1500-1700. Journal of Historical Geography, v. 45, 2014, p. 12-24

Geertz, Clifford. Local Knowledge. New York: Basic Books, 1983.

Giraut, Frédéric; Houssay-Holzschuch Myriam; Guyot, Sylvain. The production of toponymy in contexts: interpreting the maps of critical toponymies and neotoponymies. In 5th Trends in Toponymy conference, Bern, 2012.

Gołaski, Janusz. Problèmes théoriques de toponymie cartographique des cartes à grande échelle (1 :5000-1 :25000). Essai de systematization. In: Blok, D. P. (ed.). Proceedings of the Eighth International Congress of Onomastic Sciences. International Congress of Onomastic Sciences. Berlin: De Gruyter Mouton, 1963, p. 196-200.

Horsman, Stuart. The politics of toponyms in the Pamir mountains. Area, v. 38, n. 3, 2006, p. 279-291.

Kostanski, Laura. «What’s in a Name? »: Place and Toponymic Attachment, Identity and Dependence. A Case Study of the Grampians (Gariwerd) National Park Name Restoration Process, PhD Thesis, University of Ballarat (Australia), 2009.

Mark, David M.; Turk, Andrew G. Landscape Categories in Yindjibarndi: Ontology, Environment, and Language. Spatial Information Theory. Foundations of Geographic Information Science, v. 2825, 2003, p. 28-45.

Ounoughi, Samia. Les voyageurs britanniques et la pensée géographique sur les Alpes: analyse linguistique en contexte de la topogénèse à la toponymation. Revue de Géographie Historique, 17, 2020

Pégorier, André. Les Noms de lieux en France. Glossaire de termes dialectaux, 3ème édition revue et complétée par Sylvie Lejeune et Élisabeth Calvarin, Paris : IGN/Commission de toponymie, 2006 (mise à jour de André Pégorier, Glossaire des termes dialectaux permettant de trouver le sens d’un grand nombre de toponymes de la nouvelle carte de France au 1: 25000, Paris : Institut géographique national, 1963)

Quétier, Fabien, Florian Rivoal, Pascal Marty, Jacqueline de Chazal, Wilfried Thuiller, Sandra Lavorel. Social representations of an alpine grassland landscape and socio-political discourses on rural development ». Regional Environmental Change, 10, 2010, p.119-130

Radding, Lisa; Western, John. What’s in a name? Linguistics, geography and toponyms. Geographical Review, v. 100, 2010, p.394-412.

Recordon, J., « Le problème toponymique dans la cartographie technique française (aperçu historique) », Onomastica. Revue Internationale de Toponymie et d’Anthroponymie, 3-4, 1947, pp.309-321

Tamine, Michel, Dimitri Tarze, Sébastien Mustière, Vincent Badeau, Jean-Luc Dupouey. Changement climatique et toponymie. Étude de la répartition ancienne du hêtre à travers ses traces toponymiques. Revue Internationale de Geomatique, 25, 2, 2015, p.229-244

Tuan, Yi-Fu. Language and the making of place: a narrative-descriptive approach. Annals of the American Association of Geographers, v. 81, n. 4, 1991, p.684-690.”

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search