De la reconnaissance de caractères au panoptisme historique en toponymie et cartographie ? Questions et premiers enseignements d’une évolution qui vient

(Source : Capture d’écran David Rumsey/Twitter)

Quiconque s’est intéressé ces dernières années au développement des bases de données et plateformes de consultation en ligne de cartes anciennes n’a pu manquer de constater la rapidité de leurs progrès, tant du côté des plateformes institutionnelles à l’image de Gallica et Europeana ou de la Library of Congress que du côté des sites de collectionneurs et agrégateurs associatifs et privés, et des portails de recherche universitaire, tels que CartOrient, développé au sein du CERMI sous la houlette de Julien Thorez, avec Constance Lecomte et Emmanuel Giraudet, en s’appuyant sur la participation d’universitaires spécialistes de l’Asie centrale et de l’Iran. Le volume des matériaux cartographiques anciens numérisés et mis en ligne est aujourd’hui extrêmement important, et invite à s’interroger sur ce qu’impliquent non seulement leur fastidieux catalogage et leur couteux hébergement, mais également sur le rôle que peuvent jouer les outils numériques de collecte et de traitement d’information géographique dans le développement de leur utilisation par la communauté scientifiques et le grand public.

FIGURE 1 : CartOrient, portail scientifique et cartothèque de l’Eurasie contemporaine

De la loupe numérique à l’expérience cartographique augmentée

Dans le cadre de collaborations avec la Bibliothèque nationale de France (Département des Cartes et Plans et archives de la Société de Géographie) en 2016-2017 puis avec Wiley et la RGS-IBG cette année, j’ai appris à un peu mieux comprendre le fonctionnement des architectures vastes et complexes que constituent ces plateformes, et nuancer la frustration qui était la mienne face au relatif manque de souplesse et parfois de rapidité de ces grosses machines. Aujourd’hui, Gallica et la Wiley Digital Archive sont des outils extrêmement efficaces, qui permettent de télécharger instantanément des montagnes de documents (que l’on oubliera souvent dans un dossier perdu au fin fond d’un disque dur), mais aussi de travailler en détail sur une carte en particulier en naviguant en ligne sur des images de haute qualité. C’est ce que j’ai fait dans le cadre de mon travail sur une carte manuscrite de l’Asie centrale réalisée par Julius Klaproth au début du XIXème siècle et conservée au département des Cartes et Plans de la BnF, que je n’ai pu consulter qu’une fois “en présentiel” avant de la présenter lors du colloque « La construction des savoirs sur la Chine : du terrain aux bibliothèques (XVIe-XIXe siècles) » organisé par Eliette Soulier et Axel Le Roy en octobre 2022 puis dans le cadre d’une séance de la Tibetan and Himalayan Lecture Series organisé par Diana Lange à l’Université Humboldt de Berlin le mois dernier.

FIGURE 2 : l’Asie centrale de Julius Klaproth, de la Bibliothèque

FIGURE 3 : …à l’écran

Cette deuxième approche est également favorisée par des outils comme la David Rumsey Map Collection qui, partiellement affranchie des contraintes organisationnelles, financières et politiques des grandes bibliothèques et organismes de recherche, peut se permettre des expérimentations et innovations très intéressantes. Parmi ces innovations, celles qui visent à augmenter et diversifier l’expérience d’utilisation en ligne (par exemple par la visualisation 3D de globes) et faciliter la navigation et la recherche analytiques sur les documents cartographiques sont à mon sens celles dotées du plus grand potentiel.

Il ne s’agit pas de faire de ces plateformes des SIG de cartographie historique intégrés, ni de remplacer les bibliothèques et archives, mais plutôt de faire de la consultation numérique un moment d’analyse préliminaire ou complémentaire à l’inégalable expérience de consultation de la carte papier en salle de lecture. En ce sens, l’enrichissement des interfaces ne me semble pas participer d’une hypothétique « gadgétisation » des fonds cartographiques, mais répond à un besoin réel et ouvre des possibilités dont la pertinence ne pourra être évaluée que par l’évolution des usages et l’identification des fonctionnalités qui s’imposeront au cœur de la culture de recherche hybride qui est déjà la nôtre.

Lorsque je travaille sur les publications de Julius Klaproth, Alexander von Humboldt ou Armin Vambery, sur la cartographie des Alpes, ou sur les atlas linguistiques, dont certains ont fait l’objet d’un travail de numérisation et géoréférencement remarquable -par exemple dans Cartodialect, le portail dialectologique réalisé dans le cadre de l’ANR ECLATS-, les données spatialisées qui m’intéressent en premier lieu sont souvent les noms (surtout les noms propres de lieu, mais parfois les noms communs également).

FIGURE 4 : Cartodialect, une réactivation scientifique du patrimoine dialectologique ?

Cela s’explique naturellement par le fait que je m’intéresse particulièrement à l’évolution historique des toponymes dans le cadre de mes recherches, mais vient aussi du fait que presque tout le monde se repère sur une carte avant tout à l’aide des éléments textuels, plutôt que par le seul dessin des frontières, des cours d’eau, des routes et des courbes de niveau. Notre œil appréhende typiquement l’allure globale de la carte, puis y cherche des noms familiers en s’appuyant sur les hiérarchies d’importance que nous indiquent leur typographie.

Géoréférencement, reconnaissance de texte et culture historique

Le développement d’outils numériques capables de reconnaître et situer les noms de lieux me semble une caractéristique fondamentale de la cartographie contemporaine, qui a non seulement relégué au passé la tradition deux fois millénaire des index et gazetteers, mais qui modifie à mon avis assez profondément la façon dont nous regardons et utilisons les cartes anciennes. Cette fonctionnalité est au cœur des outils de navigation numériques depuis longtemps maintenant, et l’on utilise désormais Google maps, Géoportail ou même Strava autant par recherche toponymique que par déplacement en approximations successives, c’est-à-dire comme on le fait lorsque notre regard fouille une carte topographique papier à la recherche d’un village ou d’un ruisseau, d’un GR ou d’un refuge.

La navigation sur une carte numérique par recherche toponymique a ouvert la voie depuis quelques années à une exploration similaire sur les cartes anciennes, qui prend aujourd’hui plusieurs formes, mais dont on peut supposer qu’elle n’en est en fait qu’à ses débuts.

  • Celle-ci peut prendre une forme très primitive, lorsque les métadonnées du document incluent une liste de noms de lieux existant sur la carte (par exemple France, Isère, Dauphiné, Chartreuse, Vercors, Belledonne, Grenoble, Chamrousse).
  • Elle peut aussi passer par un système de géoréférencement, qui implique que la carte ancienne soir superposée à une autre carte dont les noms sont précisément spatialisés. C’est ce que nous faisons lorsque nous nous promenons sur les cartes de la collection David Rumsey accessibles sur Google Earth, ou bien sur Géoportail de l’IGN, où nous pouvons nous déplacer sur la carte dite « de Cassini » en choisissant cette carte parmi les couches disponibles et aller d’un point à l’autre en recherchant leur nom dans la barre de recherche. Ce sont alors les noms officiels contemporains que nous utilisons alors, et non les noms tels qu’ils étaient situés et orthographiés sur les cartes anciennes. Géoportail ne sait pas exactement ce qu’il y a écrit sur la carte de Cassini, et ne nous permet en fait que de nous déplacer sur un ensemble de feuilles qu’il a positionnées pour nous par-dessus le fonds de carte numérique géoréférencée de l’IGN, dont la couche de base est la carte topographique au 1:25000 actuelle. C’est pour cela que Géoportail peut nous emmener au Futuroscope (ouvert en 1987) sur la carte de Cassini publiée au XVIIIème siècle).

FIGURE 5 : le Futuroscope, vu par les Cassini, l’IGN et Géoportail

FIGURE 6 : l’Europe pré-révolutionnaire à l’heure des globes numériques, vue par la collection David Rumsey et Google Earth

  • Les évolutions techniques les plus récentes permettent enfin aujourd’hui d’envisager la démocratisation d’une navigation sur les cartes géographiques anciennes s’appuyant sur la reconnaissance automatique de texte, ou plus précisément par la « reconnaissance optique de caractères », généralement connue sous l’acronyme anglais OCR. Dans ce sens-là, les toponymes présents sur les cartes sont effectivement « lus » par la machine mise à contribution. Une fois lus, ils peuvent être situés et référencés géographiquement et linguistiquement, c’est-à-dire qu’on leur assigne une situation dans l’espace physique représenté géométriquement et une identité exprimée par un nom, et éventuellement par d’autres versions de ce nom (traductions dans d’autres langues, variantes orthographiques attestées, orthographes erronées potentielles). Pour mieux comprendre cette approche, lire l’excellente description proposée sous ce lien. Il faut noter que la machine peut enfin apprendre de son propre travail et progresser pour effectuer cette tâche d’une façon de plus en plus efficiente, et pourrait même en combinant OCR, IA et géoréférencement avancé apprendre à deviner des toponymes mystérieux en s’appuyant notamment sur des données textuelles présentes en ligne.

Machine reading, intelligence artificielle, et demain ?

Les premiers résultats du projet de recherche de l’Alan Turing Institute intitulé Machines Reading Maps commencent à dévoiler tout le potentiel de cette méthode, dont on devine bien sur les potentiels gains de temps qu’elle permettra et la massification des données qu’elle poussera peut-être les projets de recherche en histoire de la cartographie, géographie historique et archéologie à traiter. Elle permettra sans doute également à terme de scanner des volumes importants de cartes publiées dans des langues nous ne maîtrisons pas à la recherche de toponymes rares que nous pourrons même avoir inscrits dans notre langue maternelle ou dans une graphie moderne. La recherche en sciences humaines, de la géographie à l’archéologie, y gagnera sans doute, pour peu que cette culture des humanités numériques s’accompagne d’un prise de recul nourrie par les questionnements propres à la géographie et l’histoire, l’anthropologie et la linguistique, pour ne pas que la maîtrise de l’outil ne relègue au second plan les questions fondamentales qui en justifient l’usage.

Les travaux de Valeria Vitale et Katherine McDonough, entre autres, montrent déjà qu’une réflexion fine sur ces enjeux est en cours, structure les collaborations interdisciplinaires existantes et contribue à orienter l’évolution future de ces outils. Le récent article de Valeria Vitale, intitulé « Searching maps by words: how machine learning changes the way we explore map collections », propose plusieurs pistes particulièrement intéressantes pour se repérer dans cette évolution en cours, que j’observerai avec attention dans les mois et années à venir.

Cette semaine, David Rumsey a publié sur Twitter une brève vidéo esquissant les résultats que l’application de ces techniques à son immense collection numérique pourrait produire :

A relativement court-terme, c’est une nouvelle façon d’explorer les cartes qui sera accessible à chacun, en générant des collections d’occurrences toponymiques comme “Mississipi”, “Himalaya” ou “Paris”, mais aussi de géonymes génériques tels que “Mountain”, “ruin” ou “frontière”. Nous saurons bientôt si ce mode de navigation constituera simplement une évolution appréciable de nos pratiques de recherche ordinaires, ou si nous sommes à l’aube d’une véritable petite révolution pour les chercheuses et chercheurs tout comme les amateurs et amatrices de cartes anciennes.



Citer ce billet
Felix de Montety (2023, 3 juin). De la reconnaissance de caractères au panoptisme historique en toponymie et cartographie ? Questions et premiers enseignements d’une évolution qui vient. Linguistic Geographies // Géographies linguistiques. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/matp

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search