Les toponymies éthyliques des Hautes-Alpes

LE NOM SECRET DES CIMES (1) Sur quelques enjeux géo-linguistiques de l’humour cartographique, de la modération et de l’alpinisme

Il y a des montagnes qui ont un nom mais que l’on ne peut chercher qu’en vain, comme le fameux Mont Iseran, et il y a des montagnes bien réelles qui n’ont pas de nom. Il y a quelques années était réparée une de ces erreurs de l’histoire avec l’apparition du Pic Ombière sur les cartes IGN. Il faut en prononcer le nom à haute voix pour en comprendre l’homophonie avec la bière parfumée à l’apéritif à l’amer, et se confirmer la blague en constatant sa proximité avec la « Pointe du Demi », au nom d’apparition récente lui aussi. Je me trouvais justement il y a quelques jours en randonnée sur des hauteurs qui font face à ce joli coin des Hautes-Alpes mais ne connaissais pas encore leur histoire étonnante. Des amis m’ont depuis mis sur la piste de ces toponymes, qui prêtent à sourire quoiqu’ils soient aujourd’hui tout à fait officiels.

Vue depuis le Pic du Lac de Combeynot

Photo et “infographie” F. de Montety – Mars 2023

Il faut dire d’abord que la question de la consommation d’alcool lors des courses en montagne fait débat depuis plus de cent cinquante ans : certains alpinistes, touristes comme guides, ne se passaient pas de vin, mais les instances de l’alpinisme luttaient contre le préjugé d’alors qui voyait dans les boissons alcoolisées des fortifiants naturels pour les hommes virils qui se lançaient à la conquête des sommets. Franz Schrader, un temps président du CAF, mais surtout grand topographe et peintre de montagne avait même fait afficher en 1900 le texte suivant.

Source : CAF Grenoble Oisans

On pourra toujours arguer pour se rassurer que le gain psychologique d’un demi de bière ou d’un verre de rouge est supérieur ou égal aux effets néfastes de l’alcool sur la bonne hydratation et la récupération. D’ailleurs on peut toujours à défaut de boire du vin et de la bière en rêver ou en rire, comme la commission toponymique canadienne qui a laissé côte à côte un « Lac du Houblon » et un « Lac des Picoleurs » (96902, Rivière-aux-Outardes)…

Autre temps, autres moeurs… (1981)

Cartes et territoires de l’apérotoponymie

Les étendues rocheuses qui séparent les vallées de la Guisane et de la Clarée sont presque aussi liquides que minérales : entre les deux sommets des facétieux toponymistes haut-alpins, on trouve le Col du Raisin et, à quelques centaines de mètres de là, le Refuge et les Crêtes du Chardonnet (à ne pas écrire “Chardonnay”).

Source: Géoportail

Les cartes anciennes confirment que ces deux derniers toponymes ne sont pas récents et sont sans doute issus d’un cycle motivationnel naturel, c’est-à-dire qu’ils n’ont pas été créés dans le cadre d’une stratégie toponymique visant à produire des effets spécifiques (par exemple politiques, publicitaires ou humoristiques). Ils sont attestés par exemple sur une jolie carte au 1 : 100 000 publiée par le ministère de l’intérieur en 1904.


Source : collection personnelle

Le toponyme « Chardonnet » est bien sûr assez courant dans les Alpes, avec par exemple l’Aiguille du Chardonnet, située dans le massif du Mont Blanc entre les glaciers du Tour et d’Argentière, et il n’est qu’homophone avec le cépage blanc bourguignon. Le nom de celui-ci, qui renvoie au village de Chardonnay (71700), a été analysé par le grand linguiste Ernest Nègre comme issu du nom propre de personne gaulois Carathounus, il n’aurait donc rien à voir avec le nom “Chardonnet”, qui renvoie aux chardons.[1]

Le toponyme « raisin » quant à lui pourrait laisser penser à la présence de vignes dans les environs, mais il est probable qu’il ne soit utilisé ici que par métaphore.

La présence des deux toponymes humoristiques “Pointe du Demi” et “Pic Ombière” est attestée aujourd’hui sur les cartes IGN, tout comme sur Open Topo et la plupart des services numériques d’orientation et topographie récréative, à quelques kilomètres du Monêtier-les-Bains et de Névache.

Source : OpenTopoMap

L’Ombière et le Demi étaient anonymes à la fin des années 1990 quoique cotés à respectivement 2830 (ou 2832) et 2816 (ou 2817) mètres, tout comme sur les cartes antérieures (par exemple la carte des Écrins et du Haut Dauphiné au 1: 50 000 publiée par les éditions Didier Richard avec l’IGN en 1975 ou encore la carte de l’IGN au 1: 25 000 de 1985 (3435 Est – La Grave, Valloire)).

Source : Collection personnelle

Source : Collection personnelle

Si les deux Pics n’avaient toujours pas de nom selon l’IGN en 1997, le changement semble avoir eu lieu au début des années 2000. C’est le Pic Ombière qui est “né” le premier, apparaissant sur la carte IGN dans l’édition de 2003 (révision de 2001) tandis que la cote 2817 restait innommée.

Source : Collection personnelle

De l’herbe de qualité

Quelques années plus tard, la Pointe du Demi apparaissait à son tour officiellement. La toponymie des reliefs entre Clarée et Guisane semble s’être ensuite stabilisée dans les années 2010 et maintenue jusqu’à nos jours sans qu’aucune crête du Houblon ou Mont Gentiane ne naisse mystérieusement. Pourtant, à y regarder de plus près, on remarque au sud du Pic Ombière un petit sommet au nom assez anodin : la Benoîte (2807m).

C’est le nom d’une plante qui se plaît en montagne jusqu’à plus de 2000 mètres et dont la racine est utilisée à des fins médicinales depuis au moins le Moyen-Âge, étant rien de moins que « tonique astringente, stimulante, apéritive, digestive, stomachique, fortifiante gastrique, sudorifique, fébrifuge légère, hémostatique, tonique circulatoire, anesthésiante, antiseptique ».

Mon ami Cédric Dentant, qui est à la fois botaniste, alpiniste, bédéaste, géographe et auteur de l’excellent Et si Darwin avait été alpiniste, me fait très justement remarquer qu’il existe plusieurs espèces de Benoîte : “Geum urbanum est la plus courante, mais à basse altitude (certainement pas à 2800 mètres). A ces altitudes, il en existe deux autres : la Benoîte rampante (Geum reptans) et la Benoîte des montagnes (Geum montanum). Cette dernière étant localement assez fréquente, j’opterais pour son influence.”

L’usage de cette plante sous l’une ou l’autre de ces formes aurait été recommandé par Hildegarde de Bingen (1098-1179), la célèbre moniale dont le génie polymorphe nous a laissé des œuvres spirituelles et philosophiques, poétiques et musicales, mais aussi médicales (la célèbre Physica). Il en ressort en particulier une monumentale botanique en 230 chapitres ! [3] Dans ce travail érudit où l’on croit déceler un syncrétisme préscientifique déroutant (on y trouve parmi les plantes le sel, les œufs, le lait), Hildegarde propose un système de classement et une vision pratique des plantes qui reflètent les connaissances de son temps, mais aussi peut-être les savoirs druidiques et germaniques anciens qui l’auraient inspirée.

Cédric Dentant m’apprend que le nom de cette étonnante plante vient de Saint-Benoît, ermite chrétien ayant fui la décadence de Rome pour vivre retiré et fonder un des monastères dont la règle éponyme organisera dès lors la vie monacale. Plus d’un millénaire avant qu’Hildegarde, elle-même bénédictine, ne traite de la Benedicta dans le chapitre 163 de son œuvre et vingt siècles avant qu’une boisson à la Benoîte ne soit vendue sur des sites internet dédiés à la commercialisation de produits inspirés par les travaux de la moniale de Bingen, la racine de la Benoîte aurait déjà été utilisée dans l’antiquité par les Gaulois pour aromatiser leur cervoise. Peut-être est-ce là la plus importante clef de lecture de ce toponyme, qui n’est pas absurde sur le plan de la géographie botanique des Hautes-Alpes, mais dont l’irruption sur la carte IGN à l’aube des années 2000 ne peut manquer de susciter quelques soupçons.

Source: Géoportail

L’histoire des sommets éthyliques des Hautes-Alpes pose tout de même des questions toponymiques tout à fait sérieuses dont je parlerai sans doute plus en détail ailleurs, dans la continuité de mes premiers travaux sur la « nomination de conquête » en haute-montagne depuis le XIXème siècle, et les dimensions dialectologiques et socio-linguistiques des évolutions toponymiques à l’ère de la montagne récréative.

Entre autres mystères, il sera intéressant non seulement de découvrir qui a inventé ces calembours savoureux en s’appuyant judicieusement sur les équivoques de la toponymie existante, mais aussi comment le Pic Ombière s’est peu à peu fait connaître. Grâce à une course de ski freeride organisée sous le nom de Derby du Pic Ombière au début des années 2000, avec le refuge du Chardonnet comme camp de base ? Grâce aux topos de ski de randonnée qui ont popularisé ce nom, notamment en ligne ? Plus important encore : comment les blagueurs ont-ils pu faire officialiser les trois noms et les faire porter peu à peu sur les cartes IGN entre 2001 et 2010 ?

Ont-ils reçu la complicité du pourtant très sérieux Institut de Saint-Mandé et de la Commission Nationale de Toponymie, ou ont-ils du faire usage de ruses plus sournoises pour tromper les ingénieurs cartographes ? Est-ce le gardien du refuge du Chardonnet qui a lancé la blague et est parvenu à faire accepter peu à peu l’usage du terme par suffisamment de randonneurs pour le rendre indispensable ? Ou bien sont-ce les gardes du Parc National des Écrins, qui auraient fait jouer leur légitimité territoriale indubitable pour faire croire à des « toponymes oubliés » qui n’attendaient que d’être retrouvés ? Le succès de cette blague a-t-elle contribué à attirer plus de visiteurs dans ce vallon et au refuge du Chardonnet ?

Enfin, et c’est sans doute la question fondamentale : s’ils sont effectivement aujourd’hui les noms partagés par la communauté de ceux qui fréquentent ces lieux de façon quotidienne, ne sont-ils pas devenus légitimes par l’usage ? Autant de questions qui ne manquent pas d’appeler une enquête plus approfondie, dans l’esprit de From Squaw Tit to Whorehouse Meadow, fameux livre de Mark Monmonnier sur les aspects salaces, insultants et éventuellement drôles, de l’histoire toponymique nord-américaine moderne.

De l’AOC au « droit au toponyme »

Du côté de chez nous, en dépit des séductions obstinées d’un tropisme du terroir qui irrigue formellement ou informellement les options thématiques de la géographie universitaire depuis plus d’un siècle, il n’a pas encore parfaitement été montré comment la construction territoriale des boissons alcoolisées ou non a fait en France de la question toponymique une donnée fondamentale de la culture et de l’économie rurales, de Cognac à Evian.

Les plus notables exceptions selon moi (parmi d’autres travaux tout aussi passionnants mais abordant le plus souvent cette question en biais, en marge d’autres analyses) sont les remarquables articles de l’onomasticien Christian Guerrin (1957-2013) (accessible ici) et de l’historien Gérard Aubin (accessible ici ) au milieu d’un foisonnement de travaux pluridisciplinaires sur les appellations géographiques.[5] Il faut dire aussi que, par son poids économique et son prestige culturel sans doute, le vin suscite sans surprise la majorité des commentaires. Malgré les zones d’ombre que laissent maintenir nos lacunes scientifiques, chacun peut néanmoins voir sans difficulté que le régime des appellations donne au nom de lieu un poids symbolique mais aussi juridique important, dans le secteur du vin comme dans celui des fromages, entre autres produits dont le contrôle officiel de la qualité est adossé au contrôle de l’origine géographique.

Le label d’Appellation d’Origine Contrôlée (AOC), né en France de la reconnaissance de l’appellation d’origine par la loi du 1er août 1905 puis celles du 6 mai 1919 et du 30 juillet 1935, c’est « la dénomination d’un pays, d’une région ou d’une localité servant à désigner un produit qui en est originaire et dont la qualité ou les caractères sont dus au milieu géographique, comprenant des facteurs naturels et des facteurs humains. » (Article L.641-5 du code rural et de la pêche maritime) Ce label a trouvé depuis 1992 au niveau européen un prolongement dans l’Appellation d’Origine Protégée (AOP), qui harmonise les labels nationaux de protection des produits du terroir (liste des produits cf. article 1, paragraphe 2 et annexe I, partie XII règlement (UE) N° 1308/2013). Cette situation qui définit aujourd’hui une culture vinicole et oenophile nationale mais aussi internationale tournée vers la protection des terroirs et savoir-faire associés a fait transitionner nombre de noms de lieux du statut d’espace vécu à celui de marque et structuré une géographie multiscalaire des vinonymes dont la finesse n’a d’égale que l’ampleur des enjeux financiers qu’elle arbitre. En témoignent par exemple des conflits retentissants, à l’image de l’affaire Cheval Blanc, du nom du célèbre domaine girondin appartenant au groupe LVMH (Château Cheval Blanc, Saint-Émilion, 33330, AOC Saint-Emilion) ayant fait assigner une propriété viticole homonyme (Domaine du Cheval Blanc, Saint-Germain-de-Grave, 33490, AOC Cadillac) pour contrefaçon par imitation. Le domaine attaqué avait pu faire valoir pour se défendre qu’une partie au moins de ses parcelles était située sur un lieu-dit portant le nom de Cheval Blanc.

On peut faire remarquer que ce nom est par ailleurs porté, avec des variantes, par quelques dizaines de lieux-dits en France, dont un autre dans le même département correspond à un domaine viticole (Clos du Cheval Blanc, Villeneuve, 33710, AOC Côtes-de-Bourg). Comme tout viticulteur, celui-ci peut donc jouir de ce qu’on appelle désormais un « droit au toponyme », celui de promouvoir son vin en faisant référence au lieu où il est produit, même si le nom de ce lieu est homonymique ou homophonique avec une autre marque viticole établie, y compris si elle est attestée antérieurement. 

Les trois « Cheval Blanc » du Bordeaux

Source: Géoportail

AOC Saint-Emilion

Source: Géoportail

AOC Cadillac

Source: Géoportail

AOC Côtes-de-Bourg

Antonomases, publicités et pièges étymologiques

Même si on sait que les vins prestigieux de l’antiquité pouvaient déjà être désignés par leur région de production, c’est surtout récemment que la relation de référencement entre le lieu et la boisson a commencé à systématiser l’antonomase de noms de lieux devenant des noms de produits (« J’aime boire un petit Gigondas sec sur un Saint-Marcellin bien fait »).

Quand en revanche une marque de boisson tente de s’accrocher à un toponyme célèbre, elle construit par l’imaginaire que porte le langage un lien immédiat entre elle et ses consommateurs, mais se condamne sans doute à n’être pas aussi connue que le nom auquel elle fait référence. La brasserie du Mont Blanc et celle Mont Aiguille savent qu’elles ne feront jamais d’ombre aux sommets auxquels elles tentent de s’accrocher par le nom et l’image.

Il arrive aussi à l’inverse que des noms de lieux fassent référence à un nom de boisson et en identifient un lieu de production passé, le territoire français comptant de nombreux hameaux dont le nom pourrait évoquer le vin (mais aussi la bière, ou le cidre, boisson aujourd’hui considérée comme liée principalement aux terroirs du Grand-ouest mais qui a également été produite et consommée sur la quasi intégralité du territoire métropolitain.)

La recherche toponymique s’appuie toujours sur des indices et témoignages incertains, à vérifier et croiser pour éviter les conclusion forcément hâtives que des formes trop évocatrices peuvent nous faire formuler. L’ivresse des devinettes étymologiques est souvent trompeuse. On en a par exemple une démonstration avec le toponyme “Huiles” que l’on trouve sur l’ancienne carte de l’IGN des Hautes Alpes (feuille de La Grave, 1950, via Géoportail) : comme l’a montré le dialectologue alpin Gaston Tuaillon dans un bel article sur “la recherche du sens perdu“, il ne renvoie pas à la production, à la vente ou au transport d’huile, à l’inverse de la Place aux Huiles, de Marseille. Il ne s’agit que d’une francisation approximative de la forme francoprovençale ordinairement traduite par le mot “Aiguille”, si courant dans les Alpes, y compris ici juste à côté de ces “Huiles”.

Source: Géoportail

Cette difficulté récurrente de la lecture historique des processus successifs de traduction, d’adaptation plus ou moins homophonique et de remotivation est également illustrée par le toponyme « Bière » : on a beau vouloir y voir les signes d’un paysage rural mité de microbrasseries artisanales ou de guinguettes pittoresques, ce nom renvoie en fait souvent à la désignation d’une plaine ou d’un espace plan…

Cela ne signifie pas que les légendes toponymiques et les étymologies folkloriques n’ont pas de valeur : au contraire, comme l’avait bien démontré l’ethnologue grenoblois Charles Joisten dans les années 1970 dans un article consacré aux anecdotes populaires sur les noms de lieux, elles constituent un genre narratif passionnant. On peut citer par exemple l’explication pseudo-historique du nom du hameau de Chamandrin, qu’il avait recueillie dans le Briançonnais en 1957 :

“Le célèbre bandit dauphinois Mandrin (3), se trouvant avec sa troupe à Chamandrin, exigea sous peine de représailles qu’on lui servît à manger du lapin. Le repas eut lieu le lendemain dans l’écurie de François Telmon ; mais à défaut de lapin, on prépara un civet de chat. Au cours du repas, on demanda à Mandrin comment il trouvait le civet. « Excellent, dit-il, quand je repasserai vous m’en resservirez. » A ce moment, quelqu’un dans l’assistance imita les miaulements d’un chat. Étonné, Mandrin voulut en connaître la raison. « Sire, lui répondit-on, ce n’est pas du lapin que vous avez mangé, c’est du chat. » Mandrin décréta alors que le village s’appellerait Chamandrin.”

Quant au grand Gaston Tuaillon, il a consacré lui aussi de belles et malicieuses pages aux calembours souvent involontaires par lesquels les sons de langue d’émergence du toponyme ont été grossièrement imités en recréant du sens en français sans respecter le sens du nom d’origine, avec un certain “mépris de la langue locale”. Ainsi le nom francoprovençal de Crêt d’Au (“le sommet de la prairie”) est-il devenu par calembour le Grand Crédo puis sans doute par une ignorance plus laïque le Grand Crêt d’Eau (01200 Valserhône). Le sommet mal nommé domine toujours aujourd’hui ainsi la vallée du Rhône où un resserrement (une “cluse”) est improprement appelé “Défilé de l’Écluse” …

Source: Géoportail

Quelques « Bière » pour la route : une transparence illusoire

Source: Géoportail

Bière de Haute-Loire (43430 Les Vastres)

Source: Géoportail

Bière de Creuse (23800, Lafat)

Source: Géoportail

Bière des Hautes-Alpes (05150 Saint-André-de-Rosans)

Un Picon de Bordeaux ? (33220 Eynesse)

« Le meilleur c’est le nôtre » : joies et nostalgies des vinotoponymes

On trouvera un peu partout des toponymes évoquant de façon plus ou moins transparente le vin, mais il faut bien préciser qu’ils renvoient très majoritairement surtout à la vigne plutôt qu’à son sous-produit, sous des formes aussi diverses que « Vignolles », « Vignogoul » ou « Reygade ».

Les régions proches des montagnes ne font pas exception, à l’image de l’Isère et des Hautes-Alpes. Il existe par exemple à côté de Grenoble une ville nommée Saint-Martin-le-Vinoux, dont les terres agricoles ont été mangées par l’expansion métropolitaine et accueillent aujourd’hui une partie des populations les plus aisées de l’agglomération grenobloise. Elle a jadis été un haut-lieu de la production de vin à l’échelle locale, ce dont témoigne toujours son nom bien qu’on ne produise guère plus de vin (appellations Isère et Comtés Rhôdaniens) sur les côteaux du sud de la Chartreuse (le massif, pas la liqueur) alors que le vin mousseaux Rachais, d’après le nom du petit mont arrondi qui surplombe l’agglomération, était très réputé il y a un siècle.

Source : https://les-vignes.pergras.com/

Source : https://les-vignes.pergras.com/

Le vin oublié de Saint-Martin-le-Vinoux a fait l’objet d’un des Cent Sonnets Gourmands Dauphinois du journaliste et écrivain Henri Second (1851-1915)[6]

« Notre Saint-Martin-le-Vinoux                      

Qui, certes, en vaut bien un autre,          

(Même, le meilleur, c’est le nôtre)           

Partage son vin avec nous.

Son bon vin blanc, son bon vin doux       

Qui ferait loucher un apôtre                    

Mieux que Bergerac ou Limoux ;            

Je paie le Pot. Payez le vôtre.

Sur la route, au flanc du coteau,

On mange maint et maint gâteau ;

Mais, sapristi, ça vous empâte !

D’un large flot blanc rosé,

Il faut le tenir arrosé,

Le gâteau de la Buisserate. »

Figure de la vie littéraire et journalistique et du tourisme alpestre grenoblois, mais surtout en tant que président d’honneur de la Société des Alpinistes Dauphinois, Henri Second n’a pas marqué le Haut-Dauphiné par de grandes premières. Il faut croire en revanche que son goût pour le bon vin et l’humour l’auraient sans doute fait apprécier de gravir un jour ou l’autre le Pic Ombière.

PS: Il y a au moins un grand alpiniste qui fut authentiquement brasseur de profession : Moritz von Kuffner, auteur dans le massif du mont Blanc avec Alexandre Burgener et Josef Furrer de la première de la crête qui porte son patronyme, sous le Mont Maudit. Il ne semble pas avoir laissé dans les environs de nom rendant hommage à la boisson qui avait fait sa fortune, mais est-ce lui qui y a nommé la célèbre “Pointe de l’Androsace”, dont Cédric Dentant et moi cherchons ces jours-ci l’origine ?


[1] Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1, Genève : Droz, 1990, p.201

[2] Laurence Moulinier, « La botanique d’Hildegarde de Bingen », Médiévales, 16-17, 1989. pp.113-129 ; Laurence Moulinier, « Hildegarde de Bingen, les plantes médicinales et le jugement de la postérité : pour une mise en perspective », Scientarum Historia, 20, 1-2, 1994, pp.77-95

[3] Parmi de très nombreuses références, voir par exemple Éric Vincent, « Les qualités du lieu dans les délimitations des appellations d’origine », Crescentis [Online], 1, 2018, Dossier thématique : Le vin et le lieu, 2018 ; Antoine Vialard, « La délimitation des aires d’appellation d’origine », Jean-Claude Hinnewinkel et C. Legars, Les Territoires de la vigne et du vin, Bordeaux : Féret, 2002, pp.161-168 ; N. Olszak, « Les appellations d’origine en droit international (1880-1994) », in S. Wolikow, F. Humbert (dir.), Une histoire des vins et des produits d’AOC – L’INAO, de 1935 à nos jours, Dijon, EUD, 2015, p.83-91 ; Florian Humbert,« Approche historique du processus de délimitation des AOC vinicoles françaises. Contribution à la compréhension des principes et de l’application d’une expertise. », Sciences humaines combinées [Online], 5, 2010

[6] Voir la biobibliographie publiée à son sujet par le bibliophile érudit Jean-Marc Barféty 



Citer ce billet
Felix de Montety (2023, 10 mars). Les toponymies éthyliques des Hautes-Alpes. Linguistic Geographies // Géographies linguistiques. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/matl

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search